Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Le déconstructeur d'avions Tarmac Aerosave prévoit de doubler ses activités d'ici cinq ans

, , ,

Publié le

Spécialisé dans le stockage, le démantèlement et la maintenance d'avions, Tarmac Aerosave, qui fête ses 10 ans cette année, s'offre un troisième site à Cugnaux, près de Toulouse (Haute-Garonne), et prévoit de doubler ses activités d'ici cinq ans. De nouvelles implantations sont en vue à l'international.

Le déconstructeur d'avions Tarmac Aerosave prévoit de doubler ses activités d'ici cinq ans
Site de Tarmac Aerosave à Azereix, dans les Hautes-Pyrénées
© Tarmac Aerosave

Le spécialiste français de la déconstruction d’avions, Tarmac Aerosave, qui vient de fêter en grande pompe son dixième anniversaire, prévoit une très forte croissance de ses activités sur les prochaines années et se prépare à accompagner cette croissance. Face au développement du trafic aérien et au vieillissement des flottes, la société semble avoir de beaux jours devant elle. "Pour faire face à la demande, nous prévoyons de doubler nos activités dans un délai de cinq ans", confie Philippe Fournadet, président de Tarmac Aerosave. Cela passe à la fois par de nouveaux développements sur ses deux sites actuels d'Azereix, à proximité immédiate de l'aéroport international Tarbes-Lourdes-Pyrénées (Hautes-Pyrénées), où est également implanté le siège de l'entreprise et de Teruel, en Espagne, mais aussi par de nouvelles implantations en France, en Europe et à l'international.

Depuis sa création en 2007, la société a élargi sa palette de prestations. Elle assure à la fois les activités proprement dites de démantèlement et de déconstruction des avions de transports civils en fin de vie, mais aussi le stockage et la logistique des divers équipements et pièces récupérées sur les appareils, une activité spécifique de déconstruction et de réparation de moteurs CFM56 et du stockage d'avions, en état de vol. "Il ne s'agit pas d'un simple service de parking à avions", insiste Philippe Fournadet. "Nous assurons à nos clients un maintien en condition opérationnelle, qui nécessite des tâches de contrôle et de maintenance. Ces appareils doivent pouvoir repartir très vite en vol". 110 appareils sont actuellement stockés chez Tarmac Aerosave, dont 60 à Tarbes et 50 à Teruel.


Tarmac Aerosave aire de tri de tronçons en cours de décontraction   © M. Angel

Passer de 125 appareils déconstruits en 10 ans à 100 par an

Depuis sa création, le site a réceptionné 488 appareils (le cap des 500 devrait être franchi avant la fin de l'année 2017), dont 60 % pour de la maintenance avant relivraison, 20 % pour du stockage de plus longue durée et 20 % pour du démantèlement. A ce jour, 125 appareils ont été déconstruits par Tarmac Aerosave, avec une forte progression de l'activité ses dernières années. "L'ambition initiale était de garantir à nos clients un recyclage complet à hauteur de 85 % d'un appareil, nous sommes actuellement à un peu plus de 92 %", se félicite Sébastien Medan, en charge de l'activité démantèlement chez Tarmac Aerosave.

Pas moins de 35 appareils devraient être déconstruits cette année (dont 20 sur le site des Hautes-Pyrénées et 15 à Teruel), contre 20 en 2016. "Nous devons nous mettre en capacité de traiter une centaine d'avions pas an d'ici 4 à 5 ans", précise Philippe Fournadet. La société travaille actuellement sur une amélioration de ses process de découpe.

Ouverture d'un nouveau site près de Toulouse

La société vient d'être retenue par la Société d'Exploitation de Toulouse-Francazal (groupe Edeis), qui gère la plateforme aéroportuaire de Toulouse-Francazal, à Cugnaux, dans l'agglomération toulousaine (Haute-Garonne), pour exploiter un hangar de 5 000 m². Cet ancien bâtiment militaire, qui dispose d'un accès direct à la piste, devrait faire l'objet de travaux d'aménagement dans les prochaines semaines.

Tarmac Aerosave disposera en outre, à proximité, de nouvelles capacités de parking pour assurer le stockage de 15 à 20 appareils. Ce site de Toulouse-Francazal sera dédié plus spécifiquement aux avions de type A320, Boeing 737 et avions régionaux (ATR) et assurera du stockage et de la maintenance, mais de déconstruction. Une trentaine de salariés devrait être recrutée sur ce nouveau site d'ici le printemps prochain.


Tarmac Aerosave poste de découpe des ailes © M. Angel

De nouveaux sites de déconstruction à l'international

Dans la foulée, la société planche déjà sur ses prochaines étapes de développement, notamment à l'international. "Pour maintenir notre avance technologique sur les questions de déconstruction et de recyclage et nous rapprocher de nos clients, nous devons très vite accélérer à l'international et cela passe par de nouvelles implantations", souligne Philippe Fournadet. Le projet est de dupliquer dans les prochaines années les implantations d'Azereix et de Teruel sur les continents américains et asiatiques.

Tarmac Aerosave, qui associe à son capital, Airbus, Safran Aircraft Engines et Suez, employait à peine une quinzaine de salariés en 2009. L'effectif est actuellement de 200 salariés, dont 130 sur le site historique d'Azereix. La société a réalisé un chiffre d'affaires de 40 millions d'euros en 2016, contre 26 millions d'euros réalisés en 2015. L'ambition est de franchir les 80 millions d'euros d'ici 5 ans.

Marina Angel

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle