Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Le déconstructeur d'avions Tarmac Aerosave investit et lorgne sur les services

, , , ,

Publié le

Pour faire face à une forte croissance de ses activités, le spécialiste français de la déconstruction d’avions, Tarmac Aerosave, agrandit ses installations d'Azereix, près de Tarbes (Hautes-Pyrénées) et prépare le développement de nouvelles activités de services.


Démantèlement d'un avion sur le site de Tarbes (Tarmac Aerosave).

Construction de nouveaux bâtiments de stockage, extension des bâtiments administratifs, extension des surfaces de parking avions,... Les chantiers vont bon train sur le site de la société Tarmac Aerosave, à Azereix (Hautes-Pyrénées), à proximité immédiate de la plate-forme aéroportuaire de Tarbes-Lourdes-Pyrénées.

Spécialisée à la fois dans le démantèlement d'avions en fin de vie et dans le stockage d'avions avec maintien en conditions opérationnelles, la société doit faire face à une forte croissance de ses activités. "En 2015, Tarmac Aerosave a accueilli 130 avions, dont une cinquantaine à Tarbes", se félicite Philippe Fournadet, président de Tarmac Aerosave.

Globalement, le nombre d'avions accueillis par la société depuis sa création en 2009, a franchi le cap des 350, dont 70 pour du démantèlement. Une montée en charge qui nécessitait de nouveaux investissements.

Début février, elle a ainsi réceptionné, sur son site d'Azereix, un nouveau bâtiment de 2 300 mètres carrés, pour développer les capacités de stockage de pièces et d'équipements avions. Dans la foulée, une nouvelle extension de 1 000 mètres carrés, toujours pour du stockage de pièces et équipements, devrait être livrée dans le courant du mois d'avril 2016.

En parallèle, un bâtiment de bureaux de 500 mètres carrés est en cours d'aménagement. Ces investissements sont globalement évalués à 2 millions d'euros.

Un nouveau hall de stockage de 6 000 mètres carrés et des parkings avions supplémentaires

Et de nouveaux chantiers sont déjà programmés, dont certains en partenariat avec le syndicat mixte Pyrénia qui gère la zone aéroportuaire depuis 2005. Ce syndicat mixte a ainsi engagé les travaux pour l'aménagement d'une nouvelle tranche de 30 hectares du parc d'activités Pyrénia. "Cette opération va permettre à la fois de répondre aux besoins d'expansion de Tarmac Aerosave, mais aussi de proposer à la commercialisation de nouvelles parcelles pour l'accueil d'entreprises nouvelles sur notre territoire", précise le directeur du syndicat Pyrénia, Pascal Le Houelleur.

C'est en partie sur ces terrains que vont ainsi être construites, sous maîtrise d'ouvrage du syndicat mixte, de nouvelles extensions de parkings avions (4,5 millions d'euros de travaux prévus), qui seront mises à disposition de Tarmac Aerosave, en location. C'est également sur ces terrains que devrait être mis en chantier, dans le courant du second semestre 2016, un nouveau hall de stockage de quelque 6 000 mètres carrés. Un investissement de 2,5 millions d'euros, pour lequel un montage financier est en cours de finalisation avec un tiers-investisseur.

Une nouvelle activité de peinture d'avions à l'étude

En parallèle, Tarmac Aerosave planche également sur un nouveau grand projet pour se lancer dans une nouvelle activité : les prestations de maintien en conditions opérationnelles, qui englobent déjà des modifications et de nombreuses opérations spécifiques de maintenance, pourraient bientôt être élargies à la peinture d'avions. "Nos clients sont de plus en plus sensibles, pour le choix du site de stockage de leurs appareils, à la capacité du prestataire à proposer une offre globale de services", souligne Philippe Fournadet. Le calendrier, le chiffrage et le montage financier de ce nouveau projet devraient être précisés avant l'été 2016.

Tarmac Aerosave, qui associe à son capital Airbus, Suez Environnement et le groupe Safran, a réalisé en 2015, un chiffre d'affaires consolidé de 26 millions d'euros. La société emploie actuellement une centaine de salariés sur son site tarbais (ils étaient une cinquantaine au premier trimestre 2014), auxquels s'ajoutent quelque 70 salariés sur son site espagnol de Teruel.

Marina Angel

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle