"Le décalage à la hausse du prix du lait français ne peut plus durer", prévient Dominique Chargé

Les coopératives laitières (FNCL) s’alarment du décalage entre le cours du lait en France et celui de ses voisins. Elles estiment à nouveau perdre des parts de marché, à cause de cours trop élevés. Leur président, Dominique Chargé, craint une accélération des importations et plaide pour un rééquilibrage des prix en 2016.

Partager


Lait en poudre - Laïta

"L’année 2016 ne pourra pas se dérouler comme 2015", prévient Dominique Chargé, le président de la Fédération nationales des coopératives laitières (FNCL) et président du groupe coopératif breton Laïta. La cause de cet avertissement ? Le décalage à la hausse des prix français du lait payés aux éleveurs par rapport à ceux des pays voisins.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Alors que Bruxelles avait justifié la suppression des quotas laitiers en début d’année 2015 par les perspectives à la hausse du marché mondial tirées par l’Asie, rien ne s’est passé comme prévu. L’embargo russe sur les produits alimentaires européens est venu perturber le marché. Des volumes invendus se sont accumulés faisant chuter les cours.

Autre paramètre imprévu : la Chine. "La natalité a été moins forte que prévue, tout comme la croissance économique du pays. La demande en lait a été moins élevée qu’attendue", souligne Dominique Chargé, qui estime qu’il n’y a "aucune amélioration à attendre sur le premier semestre 2016" sur le front russe ni sur le marché chinois.

Des prix en baisse en Europe, sauf en France

Depuis le printemps, les prix du lait sont tirés à la baisse. Sauf en France, selon la FNCL, sur les marchés du lait de consommation. "La France est aujourd’hui décalée vers le haut par rapport à ses voisins’", insiste Dominique Chargé. A fin septembre, la France est autour de 305 à 310 euros les 1000 litres, contre 280 euros en moyenne en Allemagne et 250 euros en Irlande.

"Pour l’instant, nous essayons de faire tampon, en prenant sur nos marges, car en 2014, nous avions lissé les prix par rapport à nos voisins", reconnaît Dominique Chargé. Mais aujourd’hui, le président de la FNCL s’alarme des pertes de parts de marché auprès de la grande distribution, qui préfère s’approvisionner auprès de pays voisins moins chers. "Nous sommes au bout du système", clame-t-il.

Revoir le prix du lait

Le prix français négocié cet été sous l’égide du ministère de l’Agriculture risque bien de ne pas durer longtemps. "Un prix artificiel déconnecté du marché mondial", soulignent certaines organisations, qui rappellent les problèmes connus par la filière porcine à la rentrée et les mêmes problèmes de coûts de production. Une refonte du système du prix payé aux producteurs semble nécessaire. "La performance économique des exploitations doit davantage être prise en compte dans les prix payés aux producteurs, tout comme la qualité du lait", insiste Dominique Chargé. Le combat risque d’être encore long.

Adrien Cahuzac

Partager

NEWSLETTER Agroalimentaire
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Trophée

TROPHÉES DES USINES 2021

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Déposez votre dossier avant le 26 février pour concourir aux trophées des usines 2021

Conférence

MATINÉE INDUSTRIE DU FUTUR

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Comment rebondir après la crise 2020 et créer des opportunités pour vos usines

Formation

Espace de travail et bien-être des salariés

Paris - 01 juin 2021

Services Généraux

Optimiser l’aménagement du bureau

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS