Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Matières premières

Le cuivre dégringole

,

Publié le

Jusqu'où peut tomber la cotation du métal rouge ?

Le cuivre dégringole

La débandade a été rapide pour la cotation à 3 mois de la tonne de cuivre, qui il y a moins de 3 mois établissait en séance un nouveau record à 8 985 dollars. La cotation officielle a terminé le mois de septembre à 6 398 dollars, étant tombée ce matin à 6 170 dollars, une chute de plus de 31% par rapport à son plus haut. Le reflux s'est accéléré en septembre puisqu'en moins d'un mois le prix du métal rouge a perdu plus de 15% de sa valeur.

« Avec des perspectives globales de croissance qui se détériorent rapidement, la question est maintenant pour le cuivre jusqu'où peuvent aller les prix », s'interroge le responsable de la recherche commodités de Barclays Capital, Kevin Norrish. De nombreux observateurs et acteurs du marché tablaient sur une reprise de la consommation de cuivre en Chine au 4e trimestre. Mais à la suite d'un périple en Chine, les analystes de Barclays devaient constater la faiblesse de la demande des secteurs clefs pour le métal rouge, tel l'automobile et le bâtiment. Liang Zhigang, un analyste basé à Shenzhen confirmait le recul de la production de climatiseurs. Selon les chiffres publiés par les douanes, pas plus de 410 000 appareils ont été exportés vers l'Europe lors des 7 premiers mois de l'année, un recul de 30,5% par rapport à 2007.

How low can copper prices go ?




La demande chinoise décevante

En août les importations chinoises de cuivre raffiné se sont établies à 87 168 tonnes, soit 1% de moins que le mois précédent et 0,02% de plus qu'en août 2007. Quant aux mesures de relance de l'économie prises par les autorités avec une baisse de 0,27 points des taux directeurs, elles n'ont encore eu guère d'effets sur la demande réelle. Les mouvements touchantt le niveau des stocks de métal devraient également affecter négativement les marchés. Au stockage excessif entrainé par les hausses de prix, ont succédé des déstockages massifs dans l'attente de nouvelles baisses de prix. Et les industriels attendent les commandes de leurs clients pour acheter la matière nécessaire. De plus, la plupart des câbles et des fils endommagés par les tempêtes de neige et le tremblement de terre du Sichuan ont été réparés plutôt que remplacés a confié une responsable d'une fabrique de câbles au Metal Bulletin.

Du côté de l'offre, note Norrish, des problèmes importants subsistent, mais seront insuffisants pour rééquilibrer le marché du cuivre. Et pourtant, en moins de 2 mois les sociétés cuprifères ont annoncé des pertes de production totalisant plus de 300 000 tonnes. Ces difficultés qui continent de perturber l'offre pourraient bien, à terme, précipiter le rééquilibrage du marché lorsque la demande sera de retour estime l'analyste, et accélérer le prochain cycle haussier. En attendant les cours ne trouveront pas de soutien dans les coûts de production comme les autres métaux de base. Si les cours du nickel, du zinc et de l'aluminium sont tombés en dessous des coûts de production des producteurs marginaux, il n'en est pas de même pour les sociétés cuprifères. Les cotations du métal rouge sont au double de ces coûts de production évalués par Norrish entre 3 000 et 3 200 dollars.

En 2007 le consultant indépendant Brook Hunt a estimé la hausse globale des tarifs de l'électricité à 15% et en 2008 cette augmentation devrait être encore plus importante, prévoit Joel Crane de Deutsche Bank. D'autant, note Crane, que les organismes producteurs d'électricité rechignent désormais à signer des contrats à long-terme. Toutefois, pour Crane également, les coûts de production moyen de l'ensemble des producteurs de cuivre, qu'il évalue à moins de 2 300 dollars par tonne, sont largement inférieurs aux cours actuels. Il estime cependant que 29% des producteurs ont des coûts au-dessus du coût marginal de 4 410 dollars.

Dans ce contexte déprimé les deux analystes ont revu en baisse leurs prévisions pour les prochains trimestres. Pour Barclays les prix moyens devraient tomber à 5 500 dollars au 4e trimestre 2008, 5 000 au 1e trimestre 2009, avant de se redresser vivement à respectivement 6 000, 7 000 et 8 000 dollars pour les 3 derniers trimestres de l'année. Le cycle est moins marqué pour la banque germanique qui attend un cours moyen de 6 614 dollars au 4e trimestre 2008 et successivement 6 393 et 6 063 dollars pour les 2 premiers trimestres de 2009. Pour l'ensemble de l'année Crane table sur 7 647 dollars en 2008 et 6 641 dollars en 2009, un recul de 18% par rapport à l'année précédente.

Daniel Krajka

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle