Le crédit impôt recherche menacé du rabot

La commission des finances de l’Assemblée nationale avance deux propositions pour réduire de 1 milliard d’euros le coût du dispositif, en limitant l’effet d’aubaine et contrecarrant les stratégies d’optimisation fiscale de certaines grandes entreprises.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Le crédit impôt recherche menacé du rabot

A 4,2 milliards d’euros (5,8 milliards avec les remboursements anticipés), le crédit d’impôt recherche (CIR) est le dispositif fiscal qui coûte le plus cher à l’Etat. Or le rapport de Mission d’évaluation et de contrôle (MEC) de la commission des finances de l’Assemblée nationale, voté le 30 juin 2010, est clair. Si la réforme du CIR en 2008 semble avoir réussi à enrayer la baisse continue de l’effort de recherche privé depuis 1993 (descendue à 1,29% du PIB en 2007), elle n’a pas encore permis d’atteindre les objectifs de la stratégie de Lisbonne qui fixe à 3% du PIB les dépenses national en R&D. L’intensité de R&D nationale (publique et privée) n’a progressé que de 0.01% entre 2007 et 2008 passant de 2,06 à 2,07 % du PIB.

Surtout, selon les rapporteurs du rapport, le coût excessif du dispositif est dû en partie à un effet d’aubaine lié au forfait (de 75% des dépenses de personnels) applicable aux dépenses de fonctionnement et d’autre part à une stratégie d’optimisation fiscale regrettable d’entreprises, qui déterminent le CRI au niveau de chaque filiale au lieu de le consolider au niveau de la maison mère, pour ne pas atteindre le plafond de 100 millions d’euros de dépenses au-delà duquel le taux de crédit d’impôt chute de 30 % à 5%.

Parmi les neuf mesures avancées dans leur rapport, les députés proposent donc d’abaisser le forfait applicable aux dépenses de fonctionnement à 33%, tout en instaurant un régime de frais réel opérationnel au-delà du forfait. Cette mesure permettrait d’économiser 865 millions d’euros par an… « Au maximum », précise Alain Claeys, député PS de la Vienne.

Les députés proposent aussi d’obliger les grandes entreprises à calculer le plafond de 100 millions d’euros des dépenses éligibles au niveau du groupe. Selon les calculs de la commission, cette mesure permettrait d’économiser 390 millions d’euros par an.
Enfin, ils proposent d’introduire une obligation légale de réemploi minimal des créances de CIR au profit des équipes de recherche.

Les six autres propositions visent à améliorer l’impact du dispositif pour les PME, avec notamment la pérennisation du remboursement anticipé de la créance au profit de PME indépendantes et la normalisation au sein d’un document de référence unique (il en existe quatre aujourd’hui) des dépenses éligibles.

Sans le remettre en cause, le crédit d’impôt recherche pourrait donc être réformé à la marge. C’est désormais au premier ministre de décider.

Aurélie Barbaux

0 Commentaire

Le crédit impôt recherche menacé du rabot

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié
0 Commentaire

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS