"Le crédit impôt compétitivité, on espère que ce ne sera pas un leurre"

Simon Azoulay, le PDG d’Alten dirige une société d’ingénierie de 15 000 salariés. Ses principaux clients sont dans l’auto, l’énergie, le ferroviaire et l’aéronautique. Les cerveaux sont la matière première de son business et les coûts salariaux ont une influence sur la rentabilité de l’entreprise et sa capacité à remporter des marchés. Il confie à l’Usine Nouvelle sa perception du crédit d’impôt compétitivité examiné en ce moment par les parlementaires.

Partager

L'Usine Nouvelle - Avez-vous calculé ce que va représenter le Crédit impôt compétitivité emploi (CICE) pour votre entreprise ?
Simon Azoulay - Je n’ai pas encore calculé la somme exacte car j’attends de voir sur quoi ce crédit va vraiment s’appliquer (salaires bruts ou nets, heures sup ou pas …) mais nous avons beaucoup de jeunes ingénieurs entre 0 et 7 ans d’expérience donc 50 % de mes salariés sont concernés par un salaire inférieur à 2,5 SMIC.

La mesure devrait nous donner une bouffée d’oxygène pour affronter la pression tarifaire très forte des grands donneurs d’ordre qui nous externalise une partie de leur R&D. Cette pression est croissante dans des secteurs comme l’automobile et les télécoms, qui nous poussent, pour faire baisser les prix, à nous installer dans des pays comme la Roumanie ou l’Espagne pour accéder à des compétences d’ingénieurs moins coûteuses. Il n’y a guère que l’aéronautique qui comprend l’intérêt de maintenir la R&D en France avec des ingénieurs français.

Est-ce que vous trouvez le dispositif simple ?
Il aurait été plus simple de réduire les cotisations sociales plutôt que de passer par cette histoire de crédit d’impôt. Surtout nous attendons de voir ce qui va vraiment se passer. Nous espérons qu’il n’y aura pas de contre-mesure dans un mois qui viendrait modifier ce "cadeau" aux entreprises. Que cela n’aura pas été un nouveau leurre. Il y a clairement un problème de compétitivité en France, les marges de la profession oscillent entre 0 et 4 %.

Il faut enrayer la spirale infernale de hausses des charges. Car il n’y a pas que le problème des cotisations sociales, d’autres prélèvements flambent sur la fiche de paie (CIF, taxe transport, etc. …). Sans parler de la modification du forfait social sur les rémunérations collectives. Nous réfléchissions à la mise en place d’un accord d’intéressement, le passage de 8 à 20 % de la taxe a interrompu net notre projet. C’est dommage, car cela aurait récompensé les efforts de ceux qui ne sont pas les plus riches dans l’entreprise.

Quel usage ferez-vous du CICE ?
A priori, cela favorisera le recrutement de jeunes ingénieurs. Nous avons des filiales à l’étranger pour suivre nos clients mais mon objectif est de développer l’activité en France. Maintenant que l’on a délocalisé nos usines, il ne faudrait pas que l’on délocalise nos cerveaux.

Propos recueillis par Anne-Sophie Bellaiche

SUR LE MÊME SUJET

PARCOURIR LE DOSSIER

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER Economie Social et management

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe. 

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

TOLIER FORMEUR P3 H/F

- 21/09/2022 - CDI - PONTOISE

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

75 - ICF LA SABLIERE

Accord-cadre à bons de commandes travaux TCE spécifique PMR Ile de France

DATE DE REPONSE 01/01/1970

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS