Le coûteux chasseur F-35 de Lockheed Martin

Entre un budget explosé, un désaveu du nouveau président américain et des déficiences à corriger, Lockheed Martin doit gérer une vague de critique. Décryptage d'un développement fiasco avec Massi Begous, directeur associé du cabinet Roland Berger, en charge de l'industrie aéronautique.

Partager
Le coûteux chasseur F-35 de Lockheed Martin

L'année 2017 s'annonce compliquée pour le F-35. L'avion de chasse, développé depuis 2001 par Lockheed Martin, enchaîne les mauvaises nouvelles depuis quelques mois. Il y a d'abord eu la charge de Donald Trump, président des Etats-Unis. Fin décembre 2016, c'est le programme de développement qui subissait, sur Twitter, les foudres du milliardaire américain qui allait jusqu'à demander à Boeing "un prix pour son F-18 Super Hornet". Cette idée avait déjà effleuré l'esprit du Canada, un mois plus tôt. Justin Trudeau, le Premier ministre canadien, avait d'ailleurs promis de retirer son pays du programme lors de sa campagne électorale de 2015. Mais cela reste encore confus. Selon Massi Begous, directeur associé du cabinet Roland Berger, en charge de l'industrie aéronautique : "Le Canada ne s'est pas retiré du programme F-35, parce qu'il est difficile d'en sortir. Il a néanmoins demandé une proposition sur le F-18 de Boeing."

Un budget quasi doublé

Pour le consultant, ces déclarations ne seraient peut-être pas à prendre au pied de la lettre. "Concernant la demande faite à Boeing pour des F-18 Super Hornet, il faut faire la part de ce qui relève de la pression sur Lockheed Martin et ce qui donnera lieu à une vraie commande." Le nouveau président des Etats-Unis s'est d'ailleurs entretenu avec la présidente du groupe de défense. "Donald Trump a obtenu auprès de l'industriel une réduction de 600 millions de dollars sur la tranche 10, qui comporte 90 avions, soit une réduction d'environ 7 millions de dollars par avion", précise Massi Begous.

Par ailleurs, le milliardaire s'est réjoui d'une autre baisse, du coût unitaire des appareils cette fois-ci. Mais cette décision avait déjà été actée sous l'ère Obama. Il reste néanmoins un point sur lequel aucune indication n'a été donnée : "Pour l'heure, on ne sait pas qui va payer les coûts de développement nécessaires pour faire passer le F-35 d'un coût unitaire de 120 millions de dollars à 85 millions", indique Massi Begous.

Car c'est bien l'argent qui reste au cœur des inquiétudes, et le coût du programme en particulier. Lors de son lancement, un budget de 233 milliards de dollars avait été attribué au développement du F-35. Aujourd'hui, il a explosé à plus de 400 milliards de dollars pour devenir le programme de défense le plus cher jamais entrepris par les Etats-Unis. Pour autant, ces dépassements resteront sans conséquence pour le constructeur américain, d'où l'agacement de certains pays contributeurs. "Les achats de matériels de défense aux Etats-Unis fonctionnent en cost plus, détaille Massi Begous. Cela signifie qu'aucune sanction n'est infligée à un industriel s'il dépasse les coûts de production d'un programme. En France, un prix fixe et ferme est déterminé. Il appartient ensuite à l'industriel de rester dans ses coûts. Une entreprise peut donc perdre de l'argent si les coûts de développement explosent."

A cela s'ajoute un rapport du Pentagone remis début 2017, qui étrille le F-35. D'après lui, l'avion serait sujet à plus de 200 déficiences graves à corriger. Pire, le chasseur américain nouvelle génération ne serait pas "combat ready" avant 2019. "Dans tous les programmes, il y a des problèmes techniques au départ, assure le directeur associé de Roland Berger. Il faut parfois compter 10 ans après le premier vol pour qu'un avion militaire soit pleinement opérationnel." Cela fait maintenant 11 ans que le premier vol du F-35 a eu lieu, et les ennuis techniques demeurent.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER Aéro et Défense

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

Safran

CHEF DE PROJET IT F/H

Safran - 22/11/2022 - CDI - Vélizy-Villacoublay

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

974 - ST PIERRE

Acquisition de véhicules de transport en commun de type minicars.

DATE DE REPONSE 13/01/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS