Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Energie

Le courant passe entre Emmanuel Macron et EDF

Ludovic Dupin ,

Publié le

Ce n’est pas la ministre de l’Energie Ségolène Royal qui est venue assister à la cérémonie des 70 ans d’EDF, fondée le 8 avril 1946. Mais le ministre de l’Economie, Emmanuel Macron. Ce dernier est venu assurer au groupe le soutien du gouvernement.

Jeudi 7 avril, Emmanuel Macron, ministre de l’Economie, est venu inaugurer l’exposition organisée pour les 70 ans d’EDF en présence de nombreux anciens président de l’électricien : Marcel Boiteux (1979-1987), Edmond Alphandéry (1995-1998), François Roussely (1998-2004), Pierre Gadonneix (2004-2009). L'exposition à la Fondation EDF dans le 7e arrondissement de Paris, traverse le temps avec de magnifiques affiches et objets retraçant la diffusion de la fée électricité dans tous les foyers français, sur fond de grands programmes industriels d’EDF. Une réussite.

Dans son discours, Emmanuel Macron a voulu porter un message positif. "Nous sommes fiers d’EDF et EDF est fière d’elle-même", furent les premiers mots du ministre. Il rappelle que l'entreprise a accompagné la France dans tous ses grands défis : la reconstruction, la modernisation de l’économie grâce aux grands barrages, la compétitivité et la souveraineté grâce au nucléaire, la transition énergétique grâce à l’électricité décarbonnée.

L’obligation de réaliser Hinkley point

Mais au-delà du panégyrique, Emmanuel Macron veut aussi soutenir EDF dans ses difficultés actuelles. Il est revenu sur la décision finale d’investissement pour construire deux réacteurs nucléaire EPR à Hinkley Point en Angleterre, qui divise jusqu’en interne. "Si nous croyons à la filière nucléaire française, si nous croyons à l'EPR et aux générations qui vont suivre, peut-on croire une seule seconde que dans le premier marché du monde développé du nucléaire qui va s'ouvrir, nous pourrions faire l'impasse ? C'est une stratégie que je ne comprends pas", martèle le ministre. Pour lui, ne pas lancer la construction d’Hinkley Point entraînerait "une perte d’image et de crédibilité".

Il revient aussi sur la fragilité financière du groupe : "Parfois, nous avons considéré qu’EDF pouvait devenir une rente, ce n’est pas vrai ! Avoir prélevé deux milliards d’euros par an pendant dix ans n’était pas une stratégie capitalistique à même de préparer l’avenir", regrette-t-il. Mais si l’Etat s’engage désormais à lever sa pression financière, il appelle aussi l’entreprise à faire des efforts en matière d’actifs et de salaires. Une critique que le résident de Bercy a déjà énoncée et qui lui avait attiré les foudres des partenaires sociaux.

Un EDF mouvant

Jean-Bernard Lévy, l’actuel PDG d’EDF, a aussi pris la parole dans un discours appelant les équipes à ne pas avoir peur des mutations : "Aujourd’hui EDF doit s’adapter à un monde qui change… mais l’environnement d’EDF a toujours été en mouvement. Il n’y a rien de commun entre la France de 1946 et la France de 2016". Selon lui, l’avenir d’EDF est dans la mise en œuvre de la COP21, rappelant au passage que la première éolienne d’EDF date de 1958, l’usine marée motrice de 1966 et la première centrale solaire de 1983. "Le monde de 2086 sera différent, mais EDF sera là, ni tout à fait le même, ni tout à fait un autre".

Ludovic Dupin

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

08/04/2016 - 23h04 -

bonsoir
il aurait du rappeler que cette fameuse éolienne a été démontée alors qu'elle marchait très bien !
Et je ne comprends pas moi, cette obstination française dans cette filière épouvantable ! Va t il falloir une cata pour qu'on se réveille !
j'ai quand même du mal à admettre que ce soit ce jeune freluquet qui décide de l'avenir nucléaire du royaume uni et de la France !
Et quand j'entends le pdg d'EDF dire que le projet d'Hinkley est mûr, je ne peux m'empêcher de penser qu'à force d'être mûr, il va rapidement être pourri !
On verra bien !
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle