Economie

Le costumier Smuggler en redressement judiciaire

, , ,

Publié le

Le costumier Smuggler basé à Limoges (Haute-Vienne) a été placé en redressement judiciaire le 25 janvier 2017 par le tribunal de commerce avec une période d'observation de six mois.

Le costumier Smuggler en redressement judiciaire © Smuggler

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

La procédure de mise en redressement judiciaire du costumier Smuggler ouverte le 25 janvier par le tribunal de commerce de Limoges (Haute-Vienne) concerne la holding ABCD Partners et la société Orphée Longchamp propriétaire de la marque, dont le réseau de distribution compte treize points de vente en France et vingt salariés. Créée en 1978 à Paris et reprise par Gilles Attaf en 2000, Smuggler commercialise des costumes sur mesure fabriqués par les entreprises France Confection et France Pantalons basées à Limoges (Haute-Vienne) qui emploient 95 salariés mais qui ne sont pas concernées par cette décision.

Outre un marché très concurrentiel, le président de la holding met en cause un développement rapide pour justifier cette procédure. "Nous avons réussi à préserver notre outil de production et notre savoir-faire avec l'usine France Confection qui est exclue de la procédure collective, ce qui permet de conserver le personnel, assure le président Gilles Attaf. Nous avons été victimes de notre succès avec une croissance un peu trop rapide d'ouverture de magasins, ils mettent du temps à arriver au seuil de rentabilité. Durant cette période d'observation, nous allons prendre toutes les mesures nécessaires et envisager de fermer deux ou trois de nos neuf magasins à Paris pour se recentrer sur les plus performants."

"L'objectif est aussi de se consacrer au digital avec l'ouverture d'un site d'e-commerce qui nous manque, cela permettra d'avoir une croissance importante du chiffre d'affaires et une meilleure rentabilité", ajoute Gille Attaf. En 2016, le chiffre d'affaires s'était maintenu à 10 millions d'euros.

Garantie origine France

Smuggler a été la première entreprise labellisée Garantie origine France en 2011 pour ses costumes, vestes, pantalons et gilets, un label salué par Arnaud Montebourg, alors ministre du Redressement productif, venu dans les ateliers pour valoriser le savoir-faire français. A cette occasion, il avait reçu un blazer avec une doublure bleue banc rouge. La marque a notamment habillé les organisateurs de l'Euro 2016 et François Hollande à plusieurs reprises.

Pour Serge Bonnefont, président de France Confection dont l'activité dépend à 50 % de Smuggler, cette décision a été anticipée par la recherche de nouveaux donneurs d'ordres. "Il y a eu des investissements importants qui n'ont pas répondu aux attentes en termes de ventes, constate-t-il. Orphée Longchamp a eu des difficultés pour régler ses charges sociales et ses fournisseurs d'où ce redressement."

"A contrario, France Confection n'est pas touchée, ce qui peut paraître paradoxal. Depuis six mois, je négocie avec d'autres donneurs d'ordres pour baisser la charge de Smuggler à 40 % dans un premier temps puis à 30 % et cela commence à payer, un client que je ne peux pas nommer commande beaucoup", ajoute-t-il. Serge Bonnefont confesse enfin des divergences stratégiques importantes avec Gilles Attaf. "Nous n'étions pas sur la même longueur d'onde au niveau du développement du groupe, il n'a pas voulu m'écouter et finalement, je n'avais pas tort."

Corinne Mérigaud

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte