Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Le coréen LG attaque le marseillais des mobiles Wiko pour violation de brevets

Ridha Loukil , , ,

Publié le

Le géant coréen de l’électronique LG Electronics attaque en justice le petit marseillais des mobiles Wiko. Il l’accuse de violer trois de ses brevets dans les technologies 4G.

Le coréen LG attaque le marseillais des mobiles Wiko pour violation de brevets
Wiko, la marque marseillaise de mobiles, dans le collimateur du géant coréen LG Electronics
© Wiko

C’est une bataille dont Wiko se serait bien passé. Le petit marseillais de mobiles fait l’objet d’une action en juste de la part de LG Electronics. Le géant coréen de l’électronique l’accuse de violer trois de ses brevets dans les technologies mobiles 4G. La plainte a été déposée auprès d’un tribunal à Mannheim, en Allemagne, rapporte le journal The Korea Herald.

10 millions de mobiles Wiko vendus en 2017

Fondé en 2011 à Marseille par Laurent Dahan, Wiko revendique aujourd’hui la place de deuxième marque de mobiles hors circuits de vente via les opérateurs télécoms en France, derrière Samsung, et la quatrième en Europe derrière Samsung, Apple et Huawei. En 2017, il a livré environ 10 millions de téléphones mobiles, dont 95% de smartphones. La société compte 200 personnes. Elle ne publie pas son chiffre d’affaires mais il serait, selon l’estimation de L’Usine Nouvelle, aux alentours de 225 millions d’euros en 2017.

Depuis février 2018, Wiko est détenu à 100% par son partenaire industriel chinois Tinno Mobile qui fabrique tous ses produits à Shenzhen, en Chine. Cette prise de contrôle fait de la marque Wiko le porte-étendard de l’offensive à l’international du groupe de l’Empire du Milieu, qui écoule environ 20 millions de mobiles dans une trentaine de pays via des partenaires locaux.

Vers un accord de licence

Depuis 2015, LG Electronics tente d’entrer en contact avec Wiko. En vain. Son action en justice vise à le ramener à la table des négociations pour convenir d’un accord de licence des brevets en question. Mais payer des redevances de brevets au groupe coréen risque de surenchérir les prix des produits de Wiko dont le succès sur le marché repose principalement sur une stratégie low-cost.

Selon le cabinet IC Insights, LG Electronics pointe à la septième place mondiale des livraisons de smartphones avec 55,6 millions d’unités écoulées en 2017. Sur ce marché stratégique pour la marque, le groupe coréen rencontre de sérieuses difficultés avec des résultats dans le rouge pendant trois années consécutives.

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

12/07/2018 - 11h43 -

Quand donc allez vous cesser de présenter Wiko comme un "fabricant" français, marseillais, etc... ? Depuis le début, Wiko est la marque du fabricant Tinno qui a mis en place une filiale en France avec environ 95% du capital... en laissant 5% aux dirigeants français pour les impliquer, comme c'est souvent le cas. En début d'année, Tinno a juste racheté ces quelques % et est passé à 100%. Une stratégie low cost qui inclut d'utiliser des brevets existant en ne payant pas les droits n'est pas une stratégie Low Cost mais du pillage de droit intellectuel. LG a raison et ce n'est pas le méchant gros Coréen contre le "gentil petit Français" mais un fabricant Coréen avec des dépenses de R&D qui se défend contre un chinois qui utilise ses technos brevetées sans vergogne.
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
inscrivez-vous aux webinaires

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle