Le constructeur de véhicules frigorifiques Chéreau s’associe à l’espagnol SOR pour devenir le numéro un européen

Après avoir racheté en 2015 le constructeur de véhicules frigorifiques espagnol SOR Iberica, le fonds d’investissement espagnol Miura Private Equity annonce avoir conclu un accord pour l’acquisition du constructeur normand Chéreau. Les deux constructeurs vont former ensemble "the Reefer Group". Objectif commun : peser plus lourd pour investir et se développer.

Partager

Le constructeur de véhicules frigorifiques Chéreau s’associe à l’espagnol SOR pour devenir le numéro un européen

Le fonds d’investissements espagnol Miura Private Equity (Barcelone) annonce avoir conclu un accord pour l’acquisition du constructeur de véhicules frigorifiques normand Chéreau. Ce dernier fabrique dans la Manche des camions et des semi-remorques avec 880 salariés répartis sur ses deux sites de Ducey et d’Avranches. Il a réalisé en 2015 un chiffre d’affaires record de 171 millions d’euros.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

En novembre 2015, Miura avait racheté un autre acteur du secteur frigorifique, l’espagnol SOR qui réalise un chiffre d’affaires annuel de 50 millions d’euros avec 300 salariés. Ce dernier fait appel, comme Chéreau, à la technologie de la fibre polyester pour ses systèmes frigorifiques.

Avec ces deux acquisitions, Miura Private Equity entend constituer le premier opérateur européen du secteur et contrebalancer les poids lourds allemands du métier. Miura précise dans un communiqué que les deux constructeurs Chéreau et SOR conserveront "l’indépendance de leur marque au sein de leur marché respectif" au sein de la nouvelle entreprise "The Reefer Group".

"Nous allons continuer à recruter en production"

"Nous allons rester Chéreau" confirme la direction du groupe à usinenouvelle.com. "Il n’y aura pas de changement au niveau du personnel, si ce n’est que nous allons continuer à recruter en production". Chéreau estime que la création d’un "groupe leader" va dans le bon sens et la possibilité de mutualiser les achats est perçue comme l’une des premières traductions concrètes de ce regroupement. "Miura a démontré son savoir-faire dans le rapprochement d’entreprises complémentaires sur un même marché" explique Christophe Danton, le responsable communication de Chéreau.

Le constructeur normand ne cache pas qu’il a étudié plusieurs solutions avant d’être approché par Miura. "Nous sommes petits à côté de certains opérateurs. Nous avions étudié plusieurs solutions de rachat et de partenariat sur tous les continents, aux Etats-Unis, en Chine ou en Inde. Notre objectif était de disposer d’une une structure qui nous permette d’investir et de nous développer".

L’export est un axe important de développement pour Chéreau qui a réalisé 48 % de son chiffre d’affaires à l’export en 2015, contre 32 % en 2012.

En 2009 : reprise de Chéreau par son management

Chéreau estime avoir désormais retrouvé son niveau d’activité d’avant la crise de 2008-2009 avec environ 3 000 véhicules frigorifiques vendus par an. Ce chiffre est à mettre en perspective avec un marché européen de 25 000 véhicules, dominé par l’Espagne (5 500 véhicules).

La vie de Chéreau n’a rien d’un long fleuve tranquille. L’industriel revient de loin. En 2009, il avait été confronté à la mise en faillite de sa société mère de l’époque, le groupe allemand Trailer dans le sillage de la liquidation de sa filiale Kogel. L’équipe de direction de Chéreau, conduite par Alain Guermeur, l’actuel directeur général (et président de la holding) s’était alors mise sur les rangs pour reprendre l’entreprise avec le soutien de ses banques historiques. En 2010, le plan social qui réduisait l’effectif de 90 salariés avait été approuvé par la CFDT et la CGT. Axant sa stratégie sur le sur-mesure et la robustesse de ses véhicules, l’entreprise est parvenue, au fil des années, à sortir la tête de l’eau et à retrouver le chemin de la croissance.

Selon nos informations, Reefer Group aura son siège en Espagne et sera présidé par Alain Guermeur lorsque l’acquisition sera finalisée.

Claire Garnier

CLAIRE GARNIER

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS