Le constructeur automobile chinois Chery pourrait investir en Catalogne

Selon plusieurs quotidiens espagnols, l'un des groupes automobiles les plus dynamiques en Chine s’apprête à annoncer la construction d’un site industriel à Barcelone. Le président de celle-ci, José Montillo, séjourne actuellement dans la province de Anhui, où bat le cœur du "petit empire" Chery.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Le constructeur automobile chinois Chery pourrait investir en Catalogne

La presse espagnole en est persuadée : la visite éclair qu’a faite en Chine le 31 août 2010 le président de la Généralitat (l’organisation politique de la Catalogne) devrait déboucher, de manière imminente, sur l’annonce d’un méga investissement à proximité de Barcelone. José Montillo s’est ainsi rendu à Anhui, une province soumise à un boom économique. Or, c’est à Anhui que bat le cœur d’un «petit empire» automobile en pleine expansion, à savoir Chery. Et depuis quelques temps, ce constructeur automobile qui a produit 800.000 unités en 2008 (selon le quotidien catalan La Vanguardia) est fortement «soupçonné» de vouloir construire un site de production dans la province autonome espagnole.

Parmi les journaux espagnols qui ont titré sur cette prétendue imminente bonne nouvelle : El Pais. Même si les autorités catalanes se sont refusé à commenter les rumeurs qui foisonnent, la rédaction du quotidien a recueilli des confidences émanant de sources anonymes. «Ce projet a toutes les chances de se concrétiser par la création de milliers d’emplois directs en Catalogne.» Le journal le plus prestigieux d’Espagne souligne que «Chery détient un portefeuille très large d’investissements avec des nombreuses divisions qui vont de l’assemblages de voitures à la fabrication de pièces détachées.» Impossible, dans ces conditions, de subodorer ce que Chery pourrait bien produire en Catalogne.

Des modèles défiant toute concurrence

Expansion, un quotidien sur le créneau de l’économie, croit savoir que «Chery pourrait choisir la Catalogne comme plateforme vers toute l’Europe.» Autrement dit, le constructeur automobile chinois aux dents si longues serait prêt à attaquer le Vieux continent, déjà trop à l’étroit dans ses frontières naturelles, avec des modèles défiant toute concurrence en matière de prix. (Fondée en 1977, Chery s’est spécialisée dans la conception de voitures de relative qualité à fort bas prix.) L’ Expansion suppose que l’accord industriel sur le point d’être annoncé pourrait comprendre un important volet électrique. Outre le segment hybride, Chery a beaucoup investi dans la mobilité électrique. Il y a quelques mois, il avait annoncé la sortie, à la fin de l’année, de la citadine électrique S18, dotée de nombreuses «trouvailles» quant aux technologies environnementales.

L’Expansion, à l’instar de ses confrères, rappelle l’attrait qu’exerce sur les Chinois le Port de Barcelone, «qui a vocation à se métamorphoser en une porte d’entrée en Europe des marchandises en provenance d’Asie».

L’an dernier, le plus haut dirigeant de Chery, Yin Tongyue, avait visité cette zone portuaire, un déplacement en Catalogne qui avait culminé, tout naturellement, par un tête à tête avec… le président de la Généralitat.

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS