L'Usine Energie

Le conseil d'Engie demande à Veolia d'améliorer son offre sur Suez

, , , ,

Publié le , mis à jour le 17/09/2020 À 18H36

Le conseil d'administration d'Engie, qui s'est réuni le 17 septembre, a estimé que l'offre formulée par Veolia pour le rachat de ses parts au capital de Suez n'était "pas acceptable en l'état".

Le conseil d'Engie demande à Veolia d'améliorer son offre sur Suez
Jean-Pierre Clamadieu, président du conseil d’administration d'Engie. /Photo d'archives/REUTERS/Philippe Wojazer
© PHILIPPE WOJAZER

Veolia est pressé de revoir sa copie. Le conseil d’administration d’Engie a mandaté jeudi 17 septembre son président Jean-Pierre Clamadieu pour obtenir de Veolia une offre de rachat améliorée pour le capital de Suez. Ce dernier n'a pas proposé d'offre alternative pour le moment.

Engie veut "des assurances complémentaires"

"Le conseil a donné mandat à Jean-Pierre Clamadieu, président du conseil d’administration, et à Claire Waysand, directrice générale par intérim, de rechercher auprès de Veolia une amélioration des termes de son offre et d’obtenir des assurances complémentaires sur la qualité du projet et le respect des parties prenantes", explique Engie dans un communiqué publié à l'issue d'une réunion du conseil d'administration.

L’instance juge également que l'offre de Veolia n'est “pas acceptable en l’état". Engie a déjà fait savoir qu’il jugeait le prix proposé trop bas. Selon les termes du projet annoncé fin août, Veolia propose de racheter l’essentiel de la participation d’Engie dans Suez (29,9% sur un total de 32%) pour 15,50 euros par action, soit un montant de 2,9 milliards d’euros, avant de lancer une offre sur le reste du capital de son concurrent afin de créer un champion français du traitement de l’eau et des déchets.

Engie veut "étudier toute offre alternative"

Le conseil ajoute avoir constaté qu'"aucune offre alternative" n'est parvenue à ce jour à Engie. Il demande cependant à son président et à sa directrice générale par intérim de poursuivre les échanges avec Suez et d’"étudier toute offre alternative qui devra être transmise dans les tous prochains jours à Engie".

Veolia a pour le moment fixé au 30 septembre la date limite de validité de son offre. Le conseil d’administration de Suez a rejeté cette proposition jugée hostile et a fait savoir qu’il soutenait la direction du groupe dans la recherche de solutions alternatives.

Avec Reuters (Benjamin Mallet, édité par Jean-Michel Bélot)

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte