Le conflit autour des raffineries perturbe toujours la Provence

Malgré le déblocage des dépôts pétroliers de Fos et de la raffinerie Esso de Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône), les files de véhicules persistent aux abords des stations-service de l'agglomération marseillaise. L'impact du conflit sur les unités et terminaux varie selon les sites.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Le conflit autour des raffineries perturbe toujours la Provence

Difficile de cerner l'impact sur les installations pétrolières provençales du conflit entamé par la CGT contre la loi Travail. Le déblocage par la police, tôt mardi 24 mai, des Dépôts Pétroliers de Fos et de la raffinerie Esso, a permis le réapprovisionnement de stations dans l'après-midi, engendrant, à nouveau, de longues queues aux abords des pompes.

Par endroits, la remontée des véhicules jusque sur la voie, voire les bandes d'arrêt d'urgence, a nécessité l'intervention d'agents pour éviter les risques de collision avec la circulation. Ce matin, les accès étaient contrôlés à l'approche des Dépôts Pétroliers de Fos. Du côté d'Esso, on soutenait que l'unité tournait normalement mais que les expéditions varient en fonction des quarts. Des chargements ont pu s'opérer dans la nuit, mais les livraisons étaient à nouveau stoppées au début de la matinée. Un nouveau point sera effectué dans l'après-midi, à la relève de quart.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Blocage des terminaux pétroliers

A Lavera (Bouches-du-Rhône), la direction de la raffinerie PetroIneos reste discrète sur les retombées du conflit sur son fonctionnement, préférant s'en remettre à l'Ufip, pour communiquer. De source syndicale, toute sortie de produit serait cependant bloquée. A la raffinerie Total de La Mède qui doit bénéficier d'un investissement de 200 millions d'euros du groupe pour être reconvertie en bioraffinerie à l'horizon 2017 (un projet auquel la CGT s'est opposée), l'usine tournerait au ralenti.

Sur les terminaux pétroliers exploités par Fluxel sur le Port de Marseille (50 millions de tonnes en 2015), les navires attendent de pouvoir être déchargés. Ils étaient, mardi 24 mai au soir, 25 dans cette situation. Les agents sont en grève depuis lundi et la situation devrait persister jusqu'au week-end. De son côté, la fédération nationale des ports et docks CGT a annoncé que le blocage persisterait jeudi et vendredi minimum pour protester contre l'intervention policière de mercredi matin à Fos.

Mercredi 25 mai, en fin de matinée, des militants CGT se sont rendus sur le Tunnel Prado-Carénage qui traverse la ville de Marseille et se sont heurtés à la police. Le trafic a été perturbé. Selon l'Ufip, les raffineries PetroIneos, Total et Esso autour de l'étang de Berre représentent plus du tiers de la capacité française de raffinage de pétrole brut, avec 24 millions de tonnes.

Jean-Christophe Barla
?

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS