Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

"Le concept d’Equinix : réaliser des campus de datacenters comme à Pantin"

, , , ,

Publié le

Entretien L'opérateur de datacenter Equinix ouvre en ce début du mois d’août son projet lancé mi-2010 : un 4ème site en France. Et ce site de Pantin décroche la palme du plus grand de France avec ses 12 000 m2. L’occasion pour L’Usine Nouvelle de revenir avec Michel Brignano, directeur général France, sur la stratégie du groupe d’origine américaine.

Le concept d’Equinix : réaliser des campus de datacenters comme à Pantin © Equinix

L'Usine Nouvelle - Equinix ouvre ce 1er août le plus grand datacenter de France. Pourquoi un site d’une telle ampleur ?
Michel Brignano - C’est avant tout le fruit d’un concours de circonstances, car nous avons mis la main sur l’ancien site du Tri postal de Pantin. Mais c’est certain que ce projet est bien plus gigantesque que ce qui se fait normalement en France. Un petit datacenter dans l’Hexagone représente quelque chose comme 2 000 m2 de salles informatiques. A Pantin, ce sera un espace de 12 000 m2.

Mais vous avez déjà trois datacenters dans la région parisienne… vous aviez vraiment besoin d’une telle surface et d’un nouvel espace ?
Tout à fait. Nous arrivons bientôt à saturation sur le site de Saint Denis, qui regroupe deux datacenters de 6 000 et 7 000 m2. Nous avons besoin de plus de stocks si nous voulons continuer à croitre. Et notre concept clé dans le groupe est de réaliser des campus.

Nous voulons des espaces assez grands pour réaliser un effet de volume et regrouper davantage de cloud dans un seul endroit. C’est aussi une manière de localiser la consommation d’énergie qui est très conséquente (32 mégawatts pour le site de Pantin) en un seul endroit, et ainsi mieux gérer sa gestion.

Equinix en quelques données

- Leader mondial en tant qu’opérateur de datacenters pure player
- 105 datacenters dans le monde
- 600 000 m2 de salles informatiques dans le monde
- Chiffre d’affaires de 1,6 milliard de dollars
- Investissements en construction en 2012 : plus d’un milliard d’euros
- Présent dans trois régions du monde : Amérique du Nord, Europe et Asie
- En France trois autres sites que celui de Pantin : un petit à Roissy (2 000 m2), deux à Saint Denis (6 000 et 7 000 m2).

Va-t-il y avoir des liens entre les sites de Saint Denis et ce nouvel espace à Pantin ?
Notre stratégie repose sur un concept simple : nous voulons que nos clients puissent interagir et s’interconnecter le plus rapidement possible. Et le meilleur moyen reste d’avoir des zones de stockage proches pour transmettre plus rapidement les données. Plus il y aura d’acteurs présents au même endroit, plus l’écosystème entre les différents types d’acteurs aura du sens.

Entre nos trois sites, nous avons donc proposé aux clients d’installer 1 000 fibres noires pour pouvoir gérer les trois datacenters comme s’il n’y en avait qu’un. Pour les sociétés clientes, c’est comme si elles s’entendaient en matière de stockage. L’opération est totalement transparente. Cette technique est une première en France et semble attirer les clients.

Qui sont-ils justement ?
Il existe 5 écosystèmes intéressés par nos produits. D’abord, les entreprises de télécoms, comme Orange ou SFR. Cette catégorie est historique et nous comptons 52 clients sur le site de Saint Denis, dont 8 qui ont déjà montré un intérêt pour celui de Pantin. Leur objectif est de faire du business avec des datacenters toujours plus importants.

La 2ème catégorie est celle des entreprises de contenu digital média. Nous avons comme client Amazon, Criteo ou M6 par exemple.

Vient ensuite l’écosystème du cloud avec une multitude de petites entreprises françaises. Le domaine de la finance représente la 4ème catégorie avec d’un côté des banques traditionnelles comme HSBC et de l’autre des sociétés de trading qui veulent réduire au maximum la durée des échanges dans leurs opérations. La 5ème catégorie est typiquement française.

Pourquoi ?
Elle repose sur les grandes entreprises à vocation internationale, un faisceau d’entreprises qui  représente un gros potentiel en France. Et ce n’est pas le cas dans tous les pays. Par exemple nous avons comme clients le groupe L’Oréal.

Son objectif en faisant appel à nous est d’outsourcer son informatique. L’entreprise a besoin de communiquer rapidement et en même temps de disposer d’une grande flexibilité dans la gestion de son espace informatique.

Quel est votre plan de croissance pour le site de Pantin ?
Nous ouvrons une première phase de 4 000 m2 en ce début août. Avant même son ouverture, elle est déjà remplie à 30%, ce qui n’est pas mal au regard de la conjoncture actuelle en plus. Pour les deux autres phases, tout dépendra de la situation économique du second semestre. Mais nous espérons pouvoir lancer les travaux de la deuxième phase en fin d’année par exemple.

Pensez-vous que l’Etat donne une impulsion vers le développement des datacenters ?
De manière indirecte, oui. L’Etat veut mettre l’accent sur l’essor du cloud en France avec le projet Andromède, dans lequel sont engagés nos deux clients Orange et SFR sur deux alliances distinctes. A travers cette impulsion,  les datacenters sont amenés à se développer. Car une entreprise de cloud a besoin de datacenter, pour l’espace proposé, pour sa flexibilité.

Avez-vous d’autres projets en France ?
Pour l’instant, nous nous concentrons sur le remplissage du site de Pantin que nous voudrions le plus rapide possible. Mais si nous avons la possibilité de lancer une réflexion sur un 5ème datacenter, nous n’hésiterons pas en 2013.

Retrouvez en vidéos les premières images du site de Pantin

galerie photo Diaporama

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle