Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Le Commissariat général à l’investissement sort 400 millions d’euros pour les start-up en croissance

Arnaud Dumas , , ,

Publié le

Pour ne plus voir les pépites françaises aller lever des fonds à l’étranger, le Commissariat général à l’investissement lance un fonds dédié aux phases de croissance des start-up. Doté de 400 millions d’euros, il permettra de relancer le marché du capital-risque sur les gros tickets d’investissement.

Le Commissariat général à l’investissement sort 400 millions d’euros pour les start-up en croissance © Poolie - Flickr - C.C.

C’est un nouveau trou dans la chaîne de financement que le gouvernement veut combler. D’après une information de Capital Finance, le Commissariat général à l’investissement (CGI) va dédier une nouvelle enveloppe, tirée de la phase deux du Programme des investissements d’avenir, pour intervenir dans le capital des sociétés de technologie à forte croissance.

Le CGI va lancer un fonds de 400 millions d’euros, géré par Bpifrance et dédié aux entreprises technologiques ayant réussi leur phase d’amorçage et de capital-risque, mais nécessitant d’importants financements pour assurer leur croissance. "Ce fonds de fonds couvrira le capital-risque 'late stage' et la phase juste après, le capital développement technologique, explique Pascal Werner, le directeur de programme financements, investissements et amorçage au CGI. Il s’agit d’un segment d’investissement aujourd’hui mal couvert en France, parce que les fonds privés sont de taille insuffisante."

Un nouveau prêt "robotique" pour moderniser les usines

La phase deux du Programme des investissements d’avenir va également permettre de lancer un prêt pour les entreprises souhaitant renouveler leur parc de machine. Ce "prêt robotique", annoncé le 8 avril 2014 par Nicolas Dufourcq, le directeur général de Bpifrance, servira à financer de nouveaux robots pour les usines mais aussi des imprimantes 3D. "La robotique et l’impression 3D changent toute l’industrie, quel que soit le secteur, estime Nicolas Dufourcq. Notre rôle, c’est de financer cela." Ce nouvel outil s’insère dans la famille des prêts participatifs de Bpifrance, des crédits sans garanties sur sept ans, avec une possibilité de deux ans de différé pour le remboursement. Du fait de son abondement par le Programme des investissements d’avenir, il bénéficiera par ailleurs d’un taux bonifié.

 

Les start-up en forte croissance ont du mal à lever des fonds dépassant la dizaine de millions d’euros, lorsqu’elles commencent à vouloir commercialiser leur technologie. Cette phase critique du développement des entreprises les pousse souvent à aller chercher des capitaux à l’étranger...

Financer une dizaine de fonds privés

Ce nouveau véhicule financier n’investira pas directement dans le capital des entreprises, mais souscrira aux levées de fonds des sociétés de capital investissement privées. Cette intervention publique devrait assurer un effet de levier suffisant pour leur permettre de lever des véhicules de l’ordre de 200 à 300 millions d’euros. Selon le CGI, une dizaine de fonds privés pourraient ainsi être financés par ce fonds de fonds, dans une période d’environ quatre ans. "Ce fonds de fonds investira toujours en minoritaire, souligne Pascal Werner. Les sociétés de gestion devront lever majoritairement des fonds auprès d’investisseurs privés."

Le CGI évoque par ailleurs quelques thématiques d’investissement que pourront suivre ces fonds privés, telles que les objets connectés, le cloud computing, le big data, la santé biotech. "Mais elles ne sont pas exclusives", prévient Pascal Werner.

La démarche du fonds de fonds a déjà été testée avec succès par le Commissariat pour les phases d’amorçage des start-up. Le lancement du Fonds national d’amorçage en 2011, un fonds de fonds de 600 millions d’euros, a permis de relancer ce segment de marché. Les investissements en capital innovation ont ainsi atteint 642 millions d’euros en 2013, en augmentation de 45 % par rapport à 2012, selon les chiffres de l’Association françaises des investisseurs pour la croissance (Afic).

Enfin, ce fonds de fonds créé par le CGI devrait venir renforcer une autre initiative récente de Bpifrance allant dans le même sens. La banque publique a annoncé en novembre dernier le lancement d’un fonds similaire, mais intervenant en direct dans le capital des entreprises. Doté de 500 millions d’euros tirés également du Programme des investissements d’avenir, le fonds Large Venture a pour mission d’investir dans des entreprises technologiques, encore en phase de capital-risque, pour des montants supérieurs à 10 millions d’euros. La société Withings, spécialisée dans les objets connectés, était parmi les premières à en bénéficier, lors de sa levée de fonds de 21 millions d’euros à laquelle le fonds Large Venture a participé.

Arnaud Dumas

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle