L'Usine Agro

Le commerce équitable dépasse le milliard d’euros de ventes en France

Adeline Haverland ,

Publié le

Pour la première année, plus d’un milliard d’euros de produits issus du commerce équitable ont été vendus aux Français, soit une croissance record de + 10% par rapport à 2017. Un sondage mené par Max Havelaar France à l'occasion de la 18e quinzaine du commerce équitable, qui commence le 12 mai prochain, revient sur les raisons de ce succès.

Le commerce équitable dépasse le milliard d’euros de ventes en France
Le marque "C'est qui le patron" tire le secteur de l'équitable vers le haut en France.
© C'est qui le patron

C’est qui le patron, SoBio, Max Havelaar… en quelques années, les marques équitables ont envahi le quotidien des consommateurs français. Résultat : pour la première année, en 2017, le commerce équitable a dépassé la barre symbolique du milliard d’euros de ventes, soit une croissance de 10% par rapport à l’année précédente.

Ces bons résultats concernent aussi bien les filières internationales, qui ont progressé de 7% et que celles, plus récentes "made in France" dont la croissance atteint 17% au cours des 12 derniers mois. Selon un sondage réalisé par Opinion Ways pour le label Max Havelaar, ce boom du commerce équitable traduit une revalorisation du rôle des producteurs aux yeux des consommateurs. 

Le producteur, au cœur des préoccupations des consommateurs

Si le prix reste, pour 88% des français, le principal critère d’achat, les consommateurs français sont de plus en plus nombreux à prendre également en compte le lieu de fabrication du produit ainsi que les conditions de production. Ils sont aujourd'hui 62% à déclarer prêter attention aux conditions dans lesquelles ils ont été produits et le respect de L'environnement au cours de leur production (contre 43% en 2017). 

79% des répondants demandent également à disposer d'une plus grande offre de produits équitables. "Cela signifie que les messages que nous essayons de faire passer depuis 30 ans qui consistent à remettre le producteur au cœur de la construction des prix commence à passer", se félicite Blaise Débordes, directeur général de Max Havelaar.

Les EGA, le déclic pour les consommateurs

Une prise de conscience que le label attribue en partie aux débats sur les Etats généraux de l’alimentation qui se sont tenus au cours de l’année 2017. "Les EGA ont porté sur la place publique la situation des producteurs de manière générale et des agriculteurs français en particulier " analyse Blaise Débordes.

Loin d'être éphèmére, le dirigeant voit dans ce changement, une véritable évolution des demandes des consommateurs auxquelles les industriels vont devoir s'adapter. "Historiquement, nous travaillons avec des PME comme Malongo ou Lobodis pour le café. Mais nous appelons de nos voeux des partenariats avec les grands groupes", précise le dirigeant. 

Pour répondre à cette demande, Blaise Débordes compte également sur le soutien des pouvoirs publics. "Nous demandons à ce que l'article 11, qui promeut une alimentation durable, inclut également une dimension équitable" conclut le responsable. 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte