Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Le comité des statuts du Medef "n'est pas la Cocoe !"

,

Publié le

Alors qu’un changement doit s’opérer en juillet prochain à la tête du MEDEF, Laurence Parisot a saisi le "comité des statuts" pour réfléchir à la durée des mandats. Une question qui le met sous pression car les autres candidats crient à la manoeuvre. Le présient du "comité des statuts" Georges Drouin défend son objectivité

Le comité des statuts du Medef n'est pas la Cocoe ! © Luc Pérénom - L'Usine Nouvelle

Sommaire du dossier

Les entreprises citées

Laurence Parisot se verrait bien prolongée à la tête du Medef , mais après un mandat de 5 ans et un second de trois ans, il faudrait changer les statuts de l’organisation patronale. Elle a donc saisi une de ces instances, le comité des statuts, en lui soumettant  une "anomalie" qui fait que lors d’un deuxième mandat certains candidats concourent pour trois ans alors que les primo-accédants le font pour cinq. Deux candidats déclarés à la présidence du MEDEF,  Pierre Gattaz et Jean-Claude Volot ont déjà critiqués publiquement ce qu’ils considèrent comme une manœuvre. Sans le déclamer publiquement de  nombreux patrons de MEDEF territoriaux et patron de fédération partagent ce sentiment d’une tentative de manipulation.

Tous les yeux sont donc désormais tourné vers ce fameux "Comité des statuts", qui doit rendre son avis pour le prochain conseil éxécutif du Medef d’ici un mois.  Mais l’organe n’est pas des plus transparent. Qui le compose ? C’est une information que le Medef ne souhaite pas communiquer .

Le président de ce fameux comité des statuts est sur la même ligne. Depuis son appartement de l’avenue de Suffren,  ce dernier,  Georges Drouin est plutôt dans ses petits souliers et se passerait bien d’une telle publicité. "Certains nous compare à la COCOE  de l’UMP mais ce n’est pas du tout cela,  nous sommes des sages, des hommes choisis pour leur expérience."  Lui-même, ancien président de la fédération de GPS (groupement des professions de service), proche de Laurence Parisot, vante ses longs états de service dans le patronat sous les ères successives de  François Ceyrac, Jean Gandois, Ernest-Antoine Sellières. I

Il refuse aussi de communiquer le nom des six autres membres du comité des statuts selon lui pour "éviter des pressions et les laisser travailler dans le calme". Il confirme toutefois que trois nouveaux membres ont rejoint le comité l’année dernière. Ces nouveaux membres sont élus par l’assemblée générale du MEDEF mais proposé par le président du MEDEF. La suspicion règne donc sur l’idée que le Comité aurait été revu de manière à recevoir favorablement les suggestions de Laurence Parisot.

Selon Georges Drouin, les nouveaux membres n’ont pas été intégrés "selon leur sympathie pour la présidente, ils ont été sélectionnés pour leur expérience". Tous trois sont des anciens du conseil éxécutif qui compte une quarantaine de personnes. George Drouin souhaite aujourd’hui minimiser son influence. "Nous réfléchissons, nous dirons ce qui nous semble juste mais nous ne rendons qu’un avis, ensuite ce sera le conseil exécutif qui votera."  La patronat ne déteste rien tant que porter ses désaccords sur la place publique, pour cette fois c’est raté.

Anne-Sophie Bellaiche

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle