Quotidien des Usines

Le CNPE de Penly se prépare à lancer le 3ème EPR

, ,

Publié le

Le CNPE de Penly se prépare à lancer le 3ème EPR
CNPE de Penly

Investissement. L’année 2011 sera marquée au Centre Nucléaire de Production d’Electricité de Penly (CNPE) en Seine-Maritime par une double ligne d’investissements.

 
D’abord, sur la centrale existante, environ 30 millions d’euros vont être investis cette année. D’une part, pour préparer la visite décennale du centre qui fêtera ses vingt ans. D’autre part, pour changer l’alternateur d’un des deux réacteurs de 1 300 MW du site.
 
« La défaillance durant l’année 2010 de cet alternateur et un arrêt programmé pour rechargement ont fait perdre plusieurs semaines de production, commente Jean-Jacques Letalon, directeur du site. Avec pour  conséquence, une baisse de la production à 16,6 milliards de kWh en 2010, soit 4,5 % de la production nucléaire du parc français, contre 19 milliards de kWh en moyenne ces dernières années. De même, avec 78,82 % de disponibilité, l’année n’a pas été à la hauteur en termes de production. En revanche, les résultats en matière de sécurité, environnement et radioprotection sont excellents pour l’établissement et ses équipes comme l’ont confirmé les contrôles ad-hoc réalisés l’an dernier ».
 
Côté emploi, le centre, qui compte 660 agents, recrutera et formera une cinquantaine de nouveaux salariés en 2011.
 
Un nouveau patron pour l’aménagement de Penly 3
L’autre ligne d’investissement sera consacrée aux travaux préparatifs à la construction du second EPR (réacteur nucléaire français à eau pressurisée) prévu sur le site normand, projet appelé Penly 3. « Entre 50 et 70 millions d’euros vont être investis pour passer différentes portes du slalom dans lequel nous nous engageons en attendant l’autorisation définitive de construction », précise Pierre Rouelle, directeur de l’aménagement de Penly 3.
 
Arrivé en novembre dernier, le nouveau patron a déjà mobilisé son équipe pour la période préparatoire pour laquelle les premiers travaux vont être lancés, sur les réseaux, accès, bâtiments et différentes infrastructures qui seront utilisés pour le chantier.
 
Suivront au fur et à mesure des autorisations sollicitées auprès de la préfecture et de la mairie et sous réserve d’acceptation, la déconstruction des fondations prévues pour accueillir initialement un réacteur « classique », le terrassement au gabarit du futur EPR et la construction d’infrastructures.
 
« Ce qui devrait mobiliser entre 150 et 200 personnes extérieures en 2011 et environ 400 en 2012, souligne Pierre Rouelle, « ainsi nous serons prêts lors de l’autorisation définitive de l’Etat, attendue au second semestre 2012 pour respecter ensuite un calendrier permettant une mise en service, pour un investissement de 4 milliards d’euros, de l’EPR en 2017. Sachant que nous allons profiter des expériences de la construction du premier EPR de Flamanville dans la Manche et du second en cours en Chine ».
 

A lire également :
La centrale nucléaire de Penly, au service d’une production d’électricité sûre, compétitive et sans CO2, au cœur de la Haute-Normandie
 
 

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte