Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

180 millions d'euros en jeu pour moderniser le centre spatial de Kourou

,

Publié le

L'agence spatiale française (CNES) défend auprès des pays membres de l'agence spatiale européenne un investissement de l'ordre de 180 millions pour remettre à niveau les infrastructures de fonctionnement de la base de Kourou, en Guyane, et ses systèmes informatiques.

180 millions d'euros en jeu pour moderniser le centre spatial de Kourou
L’an dernier, 11 lancements ont été effectués depuis le CSG.
© Arianespace CC Twitter

Le centre spatial guyanais (CSG) va-t-il bénéficier d'une remise à niveau en profondeur de ses installations? Le Centre national d'études spatiales (CNES) milite auprès des autres pays membres de l'agence spatiale européenne pour une modernisation en profondeur de la base de Kourou.

L’information a été révélée en marge de la présentation des vœux à la presse de son président Jean-Yves Legall mardi 8 janvier. Il s'agit de basculer sur des installations ainsi que des systèmes informatiques et d'automatisation de nouvelle génération pour permettre à Arianespace qui commercialise les lanceurs européens, d'optimiser ses campagnes de lancement.

L'objectif est de rendre la base spatiale plus efficace et d'être capable d'accélérer si nécessaire les cadence de tirs. "Aujourd'hui, il

faut 2 semaines pour reconfigurer la base entre deux lancements. On espère reduire ce délai 4 ou 5 jours seulement", estime Didier Faivre, directeur du centre spatial guyanais. L'an dernier, 11 lancements ont été effectués depuis le CSG.

Un nouveau système de télémétrie

Le montant de l’investissement est estimé à 180 millions d'euros. Le CNES défendra ce projet lors de la prochaine session des ministres en charge des affaires spatiales dans les États membres de l’ESA (l'Agence spatiale européenne) qui se tiendra à Séville en Espagne en novembre 2019. Un déplacement en Guyane des représentants des pays membres de l'ESA est prévu le mois prochain.

La modernisation se ferait à deux niveaux. D'une part, la remise à niveau des infrastructures de fonctionnement de la base: réseaux d'électricité, d'eau, de climatisation, de routes... D'autre part, la rénovation concernant les équipements liés au bon déroulement des campagnes de tirs et notamment les centres opérationnels de lancement comme la salle de contrôle Jupiter dont l'inauguration remonte à 1996. Il s'agit de réaliser un changement de génération des équipements informatiques et des systèmes d'automatisation. Le système de télémétrie qui permet de suivre la trajectoire du lanceur après son décollage serait revu. Les radars actuels laisseraient place à un système basé sur des capteurs de positionnement de type Galileo et GPS plus performants.

Cette modernisation devrait générer des économies de fonctionnement, de l'ordre de 15 à 20 millions d'euros par an sur un budget annuel d'environ 140 millions d'euros. La base aujourd'hui accueille environ 1 700 salariés provenant du CNES et de l'ESA mais aussi des industriels présents sur place, comme EuroPropulsion, Regulus et Air Liquide.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle