Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Le Cnes, Geneviève Fioraso, les jeunes et les chamallows

Hassan Meddah , ,

Publié le

Réunis à Biscarosse sur la base d’essais de missiles de la DGA pour une semaine, plus de 200 jeunes aidés par les techniciens du Cnes découvrent les technologies spatiales. De quoi faire naître des vocations.

Le Cnes, Geneviève Fioraso, les jeunes et les chamallows © D.R.

Jeudi 29 août aux environs de 15H00 à la base d’essais de missiles de Biscarosse dans les Landes. Un ballon sonde d’un genre particulier s’envole. A son extrémité, une petite caisse de 30 cm de côté embarque… des chamallows. Au fur et à mesure de son ascension jusqu’à 30 kilomètres d’altitude, la dilation et la température des fameux bonbons mous sont mesurées par des capteurs électroniques. Les données sont retransmises et collectées instantanément au sol par des systèmes de télémesure. C’est l’une des expériences imaginées et mises en oeuvre par les jeunes qui participent à la cinquantième édition des journées spatiales C’Space organisées par le Cnes et l’association Planète Sciences.

A un autre bout de la base de Biscarosse gracieusement mise à disposition par la DGA (Direction générale de l’armement), d’autres jeunes (collégiens, lycéens, élèves ingénieurs, adhérents de clubs spatiaux) s’affairent autour de leurs mini-fusées. Centre de commandement des tirs, système de compte à rebours, installation de télémesure… Avec un peu d’imagination, on se croirait presque à Kourou en Guyane. Ce jour-là une quarantaine de fusée seront tirées embarquant chacune une expérience. Les engins décollent à 800 km/heure. Les vols ne durent que quelques secondes. Antoine, 23 ans, étudiant en 2eme d’année d’école d’ingénieur à l’UTC de Compiègne, est venu avec deux camarades. Sa fusée embarquera une turbine qui doit produire de l’énergie afin d’alimenter l’électronique embarquée. Corentin et Bilal, parmi les plus jeunes participants, collégiens à Marly Leroy ne sont qu’à demi satisfaits de leur prouesse. "Le vol de notre fusée Excalibur s’est bien déroulé, l’ouverture de la trappe également mais le parachute ne s’est pas ouvert", explique Corentin. Pour tous, le lancement de leur fusée est l’aboutissement de plusieurs mois de travail.

"Un gisement d’emplois considérable"

"Leur motivation et leur envie de de réussir font plaisir à voir. Ces jeunes sont terribles", indique avec le sourire Michel Eymard, directeur des activités des lanceurs au Cnes. Le centre national d’études spatiales met à disposition des techniciens qui fournissent les systèmes de propulsion des fusées et conseillent les jeunes. "C’est très formateur pour ces jeunes. Ils dirigent un projet de bout en bout et apprennent à travailler en équipe. Ils touchent à de nombreuses disciplines: les matériaux, l’aérodynamisme, l’avionique, l’électronique embarquée ... C’est de ce genre de profils que l’industrie spatiale aura besoin plus tard".

La ministre de la Recherche, Geneviève Fioraso a fait le déplacement pour les 50 ans de la manifestation C’Space. "De telles initiatives permettent d’attirer des jeunes vers la science et les technologies. Et l’Espace sera de plus en plus indispensables pour la régulation des transports, de la météo, …C’est un gisement d’emplois considérable", se félicite-t-elle.

Plus de 200 jeunes participent à C’Space. Le Cnes consacre environ 1 million d’euros pour sa mission de sensibilisation et d’éducation des jeunes aux technologies du spatial. "Plus de 1000 professeurs sont formés et 100 000 sont sensibilisés à travers nos différentes initiatives chaque année", se félicite Jean-Yves Le Gall, président du CNES et spectateur admiratif des projets et de l’enthousiasme de ces ingénieurs en herbe. Son institution en récupère les fruits. "Sur certains postes, nous recevons jusqu’à trente CV de candidature", indique-t-il. Dans le secteur spatial, la relève est assurée !

Hassan Meddah

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle