"Le cloud de Numergy et Cloudwatt, c’est de la concurrence déloyale"

La création de ces deux plateformes de cloud computing françaises avec le soutien de l’Etat agace les acteurs établis. Concurrence déloyale, impertinence des projets, mauvaise utilisation des deniers publics… Les critiques de Cheops Technology et Ikoula abondent.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

L’entrée en scène des deux sociétés de cloud computing à la française, Numergy de SFR et Bull, et Cloudwatt de Thales et Orange, ne plait pas à tout le monde. Il suscite même les critiques, voire la colère, des acteurs établis sur le marché. Tous dénoncent une concurrence déloyale du fait de la participation de l’Etat dans ces deux nouvelles sociétés par le truchement de la Caisse des Dépôts et Consignations, via les investissements d’avenir ex. grand emprunt.

"Il existe déjà une filière française de cloud computing avec, selon l’Afnic, 400 acteurs, dont une vingtaine dans les services d’infrastructure. L’arrivée de Numergy et Cloudwatt menace cette filière sérieusement", craint Jules-Henri Gavetti, PDG d’Ikoula, un hébergeur informatique de 50 personnes et 6 millions de chiffre d’affaires, reconverti aujourd’hui dans les services cloud d’infrastructure, avec un datacenter en propre à Reims.

Pour lui, Numergy et Cloudwatt n’apportent rien de nouveau. Elles constituent juste des subterfuges créés par SFR, Orange, Bull et Thales pour bénéficier du soutien de l’Etat. "Ces grands acteurs nous concurrencent déjà, et je n’y trouve rien à dire. C’est de la concurrence saine. Ce qui me choque, c’est de les voir remettre les mêmes offres avec des deniers publics. C’est de la concurrence déloyale. S’ils se cantonnaient aux marchés des administrations et grandes entreprises sensibles, comme c’était annoncé au départ, je le comprendrais. Mais aujourd’hui, ils veulent attaquer tous les segments de marché, y compris celui des PME et ETI sur lequel nous sommes présents".

Localisation de données sensibles

Pour se justifier, Numergy et Cloudwatt avancent le besoin de localisation des données sensibles en France pour les mettre à l’abri des intrusions du gouvernement américain dans le cadre de la loi Patriot Act. « Nous sommes des acteurs français avec des datacenters en France. Nous offrons les mêmes garanties de sécurité des données que les nouveaux venus », rétorque le patron d’Ikoula.

Nicolas Leroy-Fleuriot, PDG de Cheops Technology, fournisseur de services cloud computing de 360 personnes et 65 millions d’euros de chiffre d’affaires, revendique les mêmes garanties de sécurité. Il opère ses services à partir de deux datacenters près de Bordeaux, l’un en propre, l’autre en location. Mais il se veut plus nuancé sur Numergy et Cloudwatt. "Ces projets ont du sens si le but est de favoriser l’émergence de grands acteurs français capables de rivaliser avec les fournisseurs américains -Amazon, IBM, HP et autre Microsoft -, qui dominent aujourd’hui le marché. Mais c’est aux industriels de le faire seuls. L’Etat n’a rien à y faire."

Les nouvelles sociétés ont-elles des chances de s’imposer faces aux concurrents américains ? "Pas vraiment, répond Nicolas Leroy-Fleuriot. L’investissement de 225 millions d’euros dans chacune des deux plateformes paraît dérisoire aux milliards de dollars investis chaque année par les Amazon, IBM ou HP. L’Etat aurait mieux fait concentrer l’investissement sur un seul projet au lieu de le répartir sur deux."

Le patron d’Ikoula s’étonne que l’Etat accepte aussi facilement de soutenir des grands industriels, alors qu’il n’a pas réussi, lui, à obtenir une aide dans le cadre du Grand Emprunt pour raccorder son datacenter à son siège parisien et à d’autres points en Europe. Il est contraint aujourd’hui de mettre au sommeil ses projets de développement. "J’envisageais l’extension de nos services en Grande-Bretagne et en Espagne. Je dois maintenant attendre et peut-être oublier ce projet. Comment pourrai-je m’implanter à l’étranger, si je ne parviens pas à défendre mon marché en France face aux nouveaux venus ?"

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Innovation
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS