Le cloud computing effraie encore les entreprises européennes

C'est ce qui ressort d'un rapport d'Intel et Dell sur cette "nouvelle" pratique de stockage des données sur des serveurs externes. Confidentialité et sécurité, mais aussi disponibilité et performances  sont autant de sujets d'interrogations. En France : 12 % des PME utilisent déjà le cloud, mais 22 % n'ont aucune intention d'y passer dans un avenir proche.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Le cloud computing effraie encore les entreprises européennes

1150 PME de moins de 100 salariés ont été interrogées dans le cadre de cette étude publiée conjointement par Intel et Dell. Parmi elles, 85 % font état de leurs craintes concernant l'utilisation d'applications et d'infrastructures basées sur le cloud.

La sécurité (28 %) et la confidentialité (20 %) apparaissent comme leurs principales préoccupations. Les performances (14 %), la disponibilité (12 %) et la perte de données (9%) sont également des sujets d'inquiétudes.

Si ce sont des PME qui ont été sollicitées sur ces différents thèmes, ces observations "sont également applicables aux grandes entreprises", précise à L'Usine Nouvelle, Stephan Hilby, responsable de la stratégie data center chez Intel France.

"Le cloud est une thématique porteuse et suscite beaucoup d'intérêt de la part des entreprises. Mais comme tout nouveau service, il génère aussi de fortes interrogations. Une des principales concerne effectivement la confidentialité des données. Comment protéger ses informations sensibles sachant par exemple que le Patriot Act américain permet d'accéder à toute donnée hébergée par une société américaine en cas de risques liés au terrorisme", poursuit le responsable.

Pour Intel, le cloud est bien promis à un bel avenir. Mais les data centers, hébergés en interne, resteront toute de même d'actualité pour encore un bon moment. "Je pense que les entreprises préfèreront garder la main sur les données relatives à leur propriété intellectuelle. Elles resteront donc sur des serveurs gérés en interne", estime Stephan Hilby.

Le rapport souligne ainsi que la plupart des entreprises adopteront plutôt pour une "approche hybride", qui consiste à utiliser le cloud lorsque celui-ci apporte un avantage, tout en conservant leur propre infrastructure TIC.

De fait, ce mode de fonctionnement est déjà perceptible dans les chiffres. Si 17 % des entreprises interrogées ont commencé à utiliser le cloud computing, seulement 2 % ont migré toutes leurs applications vers ce nouveau type d'infrastructure.

Avantage du cloud : le paiement à l'usage

Les entreprises interrogées indiquent que l'un des principaux intérêts du cloud est le paiement à la consommation, ou modèle dit de "pay as you go". Il est censé réduire les coûts grâce à une facturation au plus près des usages réels. Et en interne, les DSI peuvent identifier les départements qui consomment le plus les services et s'organiser en conséquence.

Autres avantages : la fourniture d'un accès aux données partout et à tout moment - une réduction de la dépendance vis à vis de l'assistance informatique interne ou externe.

Selon le rapport : plus de la moitié des petites entreprises qui ont déjà migré vers le cloud ont procédé à la migration de leur stockage de fichiers (58 %), de la sauvegarde des données (52 %), puis de la messagerie électronique (44%) et de la synchronisation (40 %).

En France, 12 % des petites entreprises utilisent actuellement le Cloud Computing et près d'un quart (23 %) s'orienteront vers le cloud d'ici trois ans. Mais 22 % des sociétés interrogées n'ont aucune intention de migrer leur informatique vers le cloud dans un avenir proche.

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS