Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Le chinois TCL parie sur la marque BlackBerry et son smartphone à clavier

Ridha Loukil , ,

Publié le

Le chinois TCL lance son premier smartphone portant la griffe BlackBerry et remet au goût du jour son vieux smartphone à clavier. Un effort qui vise à conforter son positionnement à l’international et le distinguer de ses compatriotes Oppo, Vivo ou Xiaomi.

Le chinois TCL parie sur la marque BlackBerry et son smartphone à clavier
KEYone, premier smartphone de TCL sous la marque BlackBerry
© TCL

Le bon vieux BlackBerry à clavier est de retour. Mais c’est le chinois TCL qui le lance sous le nom KEYone au Mobile World Congress qui se tient à Barcelone du 27 février au 2 mars 2017. Il s’agit de son premier smartphone portant la griffe canadienne.

Opportunité de relancer BlackBerry

BlackBerry, qui a marqué le développement du marché avant d’être marginalisé par Apple, Samsung et le constructeurs chinois,  a été contraint de tirer sa révérence pour se recentrer sur le développement de logiciels et services pour entreprises. Mais pour continuer à faire vivre sa marque, il a accordé en décembre 2016 à TCL une licence lui donnant droit d’utiliser sa marque et ses logiciels pour construire et commercialiser des smartphones dans le monde entier à l’exception de cinq pays : Inde, Sri Lanka, Nepal, Bengladesh et Indonésie.

Selon IHS Markit, le constructeur chinois, qui a livré 62 millions de téléphones mobiles en 2016, dont 32 millions de smartphones, dispose d’une réelle opportunité pour relancer BlackBerry. « Très peu de constructeurs proposent ce format et le segment de marché de smartphones de productivité reste mal adressé, note Ian Fogg, analyste à ce cabinet. L’échec de Microsoft d’imposer Windows 10 dans les mobiles d’entreprise et les déboires de Samsung avec son système Knox laissent une seconde chance à BlackBerry. »

Position forte à l'international

TCL, qui a racheté en 2005 les mobiles d’Alcatel, affiche une expérience réussie dans la valorisation de marques tierces.  « Ceci est clairement un atout dans la reprise de BlackBerry, estime Ian Fogg. L’ajout d’une troisième marque à celles de TCL et Alcatel va conforter ses gains d’échelle. Il n’a pas besoin de grands volumes de vente de mobiles BlackBerry pour être rentable. ». Longtemps éclipsé par ses compatriotes Lenovo, Huawei ou Xiaomi, TCL tente de se distinguer en jouant à fonds la carte de l’international. Selon Digitimes Research, s’il n’est que le cinquième constructeur chinois de smartphones, derrière Huawei, Oppo, Vivo et Xiaomi, il en est le deuxième exportateur, derrière Huawei. Un résultat qu’il doit à la marque Alcatel et que la marque BlackBerry a des chances de conforter.

Mais le pari de TCL n’est pas gagné d’avance. « Vendre des volumes significatifs de KEYone sera un grand défi, fait remarquer Ian Fogg. Car BlackBerry a toujours été présente sur le marché des smartphones, contrairement d’autres marques comme Nokia. » Ceci n’a pas empêché ses ventes de s’écrouler. Elles sont tombées de leur pic de 53 millions d’unités en 2011 à 3,9 millions de pièces en 2015. Un effondrement qui a obligé le constructeur canadien à sortir du marché au profit d’une présence indirecte via des licenciés.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle