Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Le chinois Midea veut devenir le principal actionnaire de Kuka, géant allemand des robots industriels

, ,

Publié le

Spécialisé dans l'électroménager, le groupe chinois Midea a annoncé avoir lancé une offre qui valorise le fabricant allemand de robots industriels Kuka à environ 4,5 milliards d'euros.

Le chinois Midea veut devenir le principal actionnaire de Kuka, géant allemand des robots industriels © UTC Aerospace Systems

Et si Kuka passait sous pavillon chinois ? Le groupe Midea vient en effet de déposer une offre de 115 euros par action sur le fabricant allemand de robots industriels, une transaction qui valorise ce dernier à environ 4,5 milliards d'euros.

En février dernier, Midea avait porté sa participation dans Kuka à 10,2%, disant alors qu'il voulait l'augmenter. Le groupe chinois détient actuellement 13,5% du capital de la société allemande qui est l'un des principaux fournisseurs de robots à l'industrie automobile. Dans son communiqué, Midea précise avoir l'intention de faire passer sa part à plus de 30%, tout en ajoutant ne pas vouloir retirer l'entreprise de la cote.

Le groupe chinois ajoute qu'il entend maintenir la direction en place et serait heureux que les deux actionnaires allemands de référence de Kuka restent investis dans la société. Kuka a dit de son côté que son directoire et son conseil de surveillance examineraient la proposition.

"Kuka restera allemand. La direction restera indépendante et le conseil poursuivra sa stratégie", a indiqué son président du directoire, Till Reuter.  "Nous ne voyons pas cela comme étant une offre hostile de toute façon", a-t-il déclaré à Reuters, ajoutant que "ce n'est pas une surprise".

Les principaux actionnaires allemands de Kuka, qui emploie 12.300 personnes, sont Voith Group, avec 25,1%, et l'entrepreneur Friedhelm Loh, qui détient 10%.

"Nous voulons préserver l'identité de Kuka en tant que société allemande", a confirmé à Reuters Andy Gu, vice-président de Midea en charge de l'international. "C'est surtout en Chine que nous pouvons aider Kuka. Kuka a des projets de développement en Chine, nous souhaitons les y aider en leur faisant profiter de notre base de clientèle et de notre chaîne d'approvisionnement."

Plusieurs groupes industriels allemands sont passés sous pavillon chinois ces dernières années. En janvier, un consortium emmené par le groupe public ChemChina a acquis KraussMaffei, un fabricant de machines industrielles, pour environ un milliard de dollars (919 millions d'euros).

Sany Heavy Industry avait acquis le fabricant de pompes Putzmeister Holding pour un peu moins de 700 millions de dollars en 2012, année au cours de laquelle Weichai Power avait pris une participation de 25% dans le logisticien Kion.

Avec Reuters

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle