Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Le chinois ChemChina débourse 7,1 milliards d'euros pour racheter Pirelli

, , , ,

Publié le

Le groupe chinois China National Chemical Corp (ChemChina) a annoncé le 22 mars le rachat du fabricant de pneumatiques Pirelli pour 7,1 milliards d'euros, l'un des fleurons de l'industrie italienne passant ainsi dans des mains chinoises. 

Le chinois ChemChina débourse 7,1 milliards d'euros pour racheter Pirelli
Le groupe chinois China National Chemical Corp (ChemChina) a annoncé dimanche le rachat du fabricant de pneumatiques Pirelli pour 7,1 milliards d'euros, l'un des fleurons de l'industrie italienne passant ainsi dans des mains chinoises. /Photo d'archives/REUTERS/Giorgio Perottino

Le chinois China National Chemical Corp (ChemChina) a racheté le fabricant de pneumatiques Pirelli pour 7,1 milliards d'euros. Plusieurs groupes chinois ont déjà investi leurs liquidités dans des sociétés en Italie. Ils cherchent à bénéficier de la baisse de l'euro au moment où l'Europe sort du marasme économique.

En s'emparant de Pirelli, dont le siège devrait rester en Italie, ChemChina met la main sur un fabricant de pneumatiques haut de gamme susceptible de dégager des marges confortables, tout en offrant à l'italien un accès privilégié au marché chinois. L'offre sur Pirelli marque le retour des entreprises publiques chinoises sur la scène internationale à la suite de l'offensive anti-corruption du président Xi Jinping qui avait pris pour cibles plusieurs responsables, passés et présents, de ces entreprises.

concurrencer Michelin

Surtout, elle pourrait aider la Chine, qui est déjà un acteur international de poids dans des secteurs tels que les télécoms et Internet, à développer sa propre industrie automobile. Quant à Pirelli, il serait mieux en mesure de concurrencer des groupes tels que Michelin et Continental, qui veulent se développer en Asie. Dans un premier temps, China National Tire & Rubber (CNRC), filiale de ChemChina qui fabrique des pneumatiques, va racheter les 26,2% détenus dans Pirelli par la holding Camfin, avant de lancer une offre publique d'achat obligatoire sur les titres encore en circulation.

L'offre sera lancée par un véhicule contrôlé par le groupe chinois et dont le tour de table sera notamment composé des actionnaires de Camfin : Marco Tronchetti Provera, l'administrateur délégué (patron) de Pirelli, les banques italiennes UniCredit et Intesa Sanpaolo et le pétrolier Rosneft. Le groupe russe était jusqu'ici propriétaire de 50% de Camfin. L'offre sera faite au prix de 15 euros l'action, valorisant Pirelli à 7,1 milliards d'euros, en excluant un endettement net qui s'élevait fin 2014 à près d'un milliard d'euros. CNRC envisage de radier Pirelli de la cote.

TRONCHETTI PROVERA RESTE AUX COMMANDES

Dès le 20 mars, les rumeurs d'un rachat de Pirelli ont fait s'envoler le titre du groupe italien à la Bourse de Milan où il a dépassé les 15 euros l'action, incitant les analystes à s'interroger sur la pertinence d'une réalisation de l'opération à ce prix. Des sources proches du dossier avaient indiqué que l'accord passé avec le groupe chinois permettrait à Rosneft, qui est sous le coup de sanctions internationales pour son rôle dans la crise ukrainienne et a besoin de réduire son endettement, de réduire sa part dans Pirelli.

Selon son communiqué publié le 22 mars, Camfin précise que l'activité de Pirelli dans les pneus industriels et les pneus de camion, moins rentable, sera intégrée à la filiale Aeolus de ChemChina, ce qui lui permettra de doubler sa production (de six à 12 millions de pneus). Les nouveaux propriétaires chinois de Pirelli choisiront un nouveau président. Marco Tronchetti Provera, qui a rejoint Pirelli en 1986 après avoir épousé une fille de la famille italienne fondatrice de la société, restera administrateur délégué, précise le communiqué.

Parmi les précédentes acquisitions chinoises en Italie, figurent des participations dans les sociétés de transport de l'électricité Terra et Snam, dans le fabricant de turbines Ansaldo et dans le fabricant de yachts Ferretti. Hors secteur financier, l'Italie est le deuxième marché des acquisitions pour la Chine en Europe et le cinquième dans le monde entier, avec 10 opérations réalisées depuis le début de 2014, selon des données de Thomson Reuters.

Avec Reuters

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle