Le chinois BAIC prend 5% de Daimler, qui s'en réjouit

FRANCFORT (Reuters) - Le chinois Beijing Automotive Group (BAIC) a annoncé mardi avoir acquis une participation de 5% dans Daimler , qui renforce son alliance avec le constructeur allemand.
Partager
Le chinois BAIC prend 5% de Daimler, qui s'en réjouit
Le chinois Beijing Automotive Group (BAIC) a annoncé mardi avoir acquis une participation de 5% dans Daimler , qui renforce son alliance avec le constructeur allemand. /Photo d'archives/REUTERS/Kim Kyung-Hoon

BAIC était le principal partenaire de Daimler en Chine, jusqu'en 2018, année où Li Shufu, président de son compatriote et concurrent Zhejiang Geely Holding Group, a annoncé détenir 9,69% du capital du groupe de Stuttgart.

Daimler, qui possède lui-même depuis 2013 une part dans le groupe BAIC coté à Hong-Kong, a salué cet investissement.

"Cette démarche renforce note alignement avec la direction et la stratégie de Daimler et notre soutien aux deux", a dit de son côté le président du groupe chinois, Heyi Xu.

En mai, des sources avaient rapporté que BAIC se constituait une participation pouvant atteindre 5% au capital de Daimler afin de sécuriser son investissement dans Beijing Benz Automotive, usine d'assemblage de Mercedes-Benz en Chine.

BAIC a manifesté dès 2015 un intérêt pour Daimler et a redoublé d'effort depuis que Li Shufu, président de Zhejiang Geely, détient près de 10% du capital du groupe allemand.

Le coût élevé des batteries de voitures électriques a conduit plusieurs constructeurs automobiles occidentaux à conclure des alliances avec des partenaires chinois.

Daimler a annoncé en mars qu'il développerait avec Geely en Chine la prochaine génération de voitures électriques de sa marque Smart.

Daimler a assuré à BAIC que toute nouvelle alliance industrielle impliquant Mercedes et un partenaire chinois ne se concrétiserait qu'avec l'accord de BAIC.

Vers 10h00, le titre Daimler prenait 2,53% à la Bourse de Francfort, contre une progression de 2,86% pour le compartiment automobile du Stoxx 600.

(Tom Sims; Catherine Mallebay-Vacqueur pour le service français, édité par Jean-Michel Bélot)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Nouveau

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Jonconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS