LE CHIFFRE

Partager

LE CHIFFRE









Pour une surprise, c'est une surprise. Sondés par l'institut Louis-Harris pour le mensuel " Enjeux-Les Echos", 64 % des patrons approuvent le maintien du Smic. Et ce, quels que soient leur secteur professionnel ou leurs affinités politiques. Pourtant, les assauts contre cet acquis social ne manquent pas. Dernier en date: celui livré par les membres de la Commission nommée l'été dernier par Edouard Balladur et présidée par Jean Matteoli. Certains de ses membres, comme l'économiste Michel Godet, y voyait un facteur de création du chômage et proposait, en conséquence, de le "réformer en profondeur ". Le CNPF s'emploie tout aussi régulièrement à dénoncer le salaire minimum comme un frein à l'emploi des jeunes. L'organisation patronale aurait-elle oublié de consulter sa base ou celle-ci aurait-elle finalement tranché ? Depuis l'ouverture de la bataille contre le Smic, les choses ont bel et bien changé. Proches du terrain, les patrons n'ont pas pu ne pas remarquer qu'il existe, de fait aujourd'hui, mille et une manières de contourner le Smic. En particulier pour les moins de 25 ans, qui peuvent bénéficier de contrats totalement ou partiellement exonérés de charges sociales. A moins que les chefs d'entreprise ne se souviennent de l'un des trois objectifs qui avait été assignés au salaire minimum il y a plus de quarante ans : assurer aux salariés des moyens suffisants d'existence. Or les sages de la commission Matteoli ont été les premiers à le souligner : " Une baisse généralisée des minima sociaux serait lourde de risques pour la cohésion de notre société. "

C.Be

USINE NOUVELLE - N°2439 -

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS