Le chef du renseignement allemand s'en prend à Facebook

BERLIN (Reuters) - Le chef des services de renseignement intérieurs allemands s'en est pris lundi aux géants de l'internet comme Facebook, estimant qu'ils éludaient leur responsabilité de vérifier ce qui apparaît sur leurs sites, au risque de nuire à la démocratie.
Partager
Le chef du renseignement allemand s'en prend à Facebook
Hans-Georg Maassen (photo), le chef des services de renseignement intérieurs allemands, s'en est pris lundi aux géants de l'internet comme Facebook, estimant qu'ils éludaient leur responsabilité de vérifier ce qui apparaît sur leurs sites, au risque de nuire à la démocratie. /Photo prise le 4 juillet 2017/REUTERS/Axel Schmidt

S'exprimant lors d'une conférence sur la cybersécurité organisée par le journal Handelsblatt, Hans-Georg Maassen a dénoncé le manque de sens civique de ces entreprises.

"On voit aujourd'hui d'énormes entreprises du numérique se considérer uniquement comme vecteurs d'information et se retrancher derrière les privilèges légaux dont jouissent ces plate-formes parce qu'elles ne veulent pas assumer la vérification rédactionnelle de leurs contenus", a-t-il dit.

L'Allemagne est en pointe pour tenter de mieux organiser ce que diffusent les réseaux sociaux. Le pays a adopté en juin un loi prévoyant des amendes pouvant atteindre 50 millions d'euros pour les réseaux sociaux qui tardent à supprimer les discours de haine et les fausses informations.

Facebook, qui compte 29 millions d'utilisateurs en Allemagne, soit un tiers de la population, a fait valoir que ses équipes avaient été renforcées et s'activaient pour retirer les contenus jugés illégaux ou inappropriés.

Hans-Georg Maassen a jugé révélateur le fait que Facebook ait admis que des millions de ses utilisateurs aient vu des messages politiques achetés en Russie durant et après la dernière campagne présidentielle aux Etats-Unis.

"Le pluralisme démocratique perd ses fondements s'il ne repose plus sur des faits et sur la réalité mais en est réduit à des opinions", a-t-il dit.

(Emma Thomasson et Sabine Siebold, Gilles Trequesser pour le service français)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Nouveau

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Jonconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS