Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Le Charles-de-Gaulle Express enfin sur de bons rails

Olivier Cognasse , , ,

Publié le

Après deux décennies d’atermoiements, le projet d’une ligne rapide entre Paris et l’aéroport de Roissy est enfin lancé.

Un RER B rénové mais brinquebalant achemine les voyageurs vers l’aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle. Un inconfort qui rend une solution alternative indispensable. Ce mardi 3 juin, le futur Charles-de-Gaulle Express, qui reliera en 2023 la gare de l’Est parisienne à l’aéroport valdoisien en 20 minutes, est officiellement lancé. Il était temps, pour le secrétaire d’Etat aux Transports, Frédéric Cuvillier, qui déplore "l’image donnée de la France" par ce RER B et "le temps perdu avec l’échec d’une tentative de partenariat public-privé" et l’abandon du groupe Vinci.

La voie routière bientôt saturée

Augustin de Romanet, le PDG d’Aéroports de Paris (ADP), l’un des trois partenaires dans ce projet public-public avec Réseau ferré de France (RFF) et l’Etat, souligne l’urgence du CDG-Express : "Selon certaines études, la voie routière sera tellement saturée pour se rendre à Roissy au début des années 2020 qu’il faudra instaurer la circulation alternée." Et de préciser le montant de l’investissement : 1,7 milliard d’euros payé avec 20 % de fonds propres.

Le reste sera de la dette remboursée avec les recettes, le prix du billet devant être voisin de 23 euros. "Le niveau de rentabilité devrait être voisin de ce que pratique RFF", estime Augustin de Romanet. "Avec 35 milliards d’euros de dette, il ne doit pas être très élevé, lance avec humour Jacques Rapoport, le PDG de RFF. Le taux devrait être de 5 % majoré de 3 % pour la prime de risque. Enfin, c’est une base sur laquelle nous allons travailler."

Un maillon pour le développement d’une métropole

"Quand on regarde tous les grands aéroports, - Heathrow et Gatwick à Londres, Oslo, Stockholm,… -, ils ont tous des liaisons dédiées, rapides et spécialisées. Il en va du dynamisme économique et touristique et des enjeux environnementaux pour une grande métropole", explique Frédéric Cuvillier. Le projet de CDG Express s’étend sur un tracé de 32 kilomètres, dont 8 kilomètres de voies nouvelles en fin de parcours. Des trains rouleront tous les quarts d’heure de 5 heures du matin à minuit.

Les études juridiques pour s’assurer de la faisabilité de ce nouveau schéma public-public au regard du droit européen seront terminées en fin d’année. Ensuite, la levée des fonds auprès des banques sera achevée dans deux ans. Et les premiers coups de pioche seront donnés dans trois ans. Reste à connaître le nom du futur opérateur qui exploitera la ligne. La SNCF et la RATP n’ont pas été invitées à ce lancement officiel. Tous les opérateurs ferroviaires pourront concourir au futur appel d’offres.

Olivier Cognasse

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle