Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Le charcutier Jean Caby en redressement judiciaire

, , ,

Publié le

Le producteur de saucisses et de charcuterie Jean Caby, basé à Saint-André (Nord), vient d’être placé en redressement judiciaire par le tribunal de commerce de Lille métropole en raison de difficultés de trésorerie.

Le charcutier Jean Caby en redressement judiciaire © Jean Caby

Un carnet de commandes plein, mais une trésorerie tendue. C’est ce grand écart qui a conduit le tribunal de commerce de Lille métropole à décider le redressement judiciaire de Jean Caby, dont le siège est à Saint-André, dans la banlieue de Lille (Nord). Ce jugement a été rendu le 4 décembre, avec une poursuite d’activité de six mois.

Cette situation résulte des retards dans le transfert de la production de l’usine historique de Jean Caby, en centre-ville, vers son futur site en cours de construction à Comines (Nord), à une quinzaine de kilomètres, sur la frontière belge. Après avoir frôlé la disparition, le leader de la saucisse investit dans ce projet 35 millions d’euros, un montant proche de son chiffre d’affaires annuel (37 millions d’euros il y a trois ans, 43 millions d’euros l’an dernier, pour 253 salariés).

Dans l'attente d'une nouvelle usine à Comines

"L’usine produit, elle répond bien à toutes ses commandes, mais son outil industriel ne lui permet pas à Saint-André de dégager suffisamment de rentabilité, compte tenu de ses prix de revient et de ses charges", explique le président du tribunal de commerce à la Voix du Nord. De plus, selon le quotidien régional, un des investisseurs impliqués dans le transfert de la production se serait retiré du dossier. Sollicitée à plusieurs reprises, la direction de l’entreprise n’a pas donné suite à nos appels.

A Comines, le chantier a pris du retard : les travaux ont été arrêtés déjà deux fois, faute de financement. Au printemps, l’industriel a noué un accord à hauteur de 20 millions d'euros avec deux banques, un investisseur privé et un fonds spécialisé dans le leasing. Fleuron de l’industrie agro-alimentaire nordiste, Jean Caby a aussi obtenu le soutien des collectivités (Métropole européenne de Lille et Conseil régional des Hauts-de-France), par le biais d’avances remboursables notamment.

Le futur site industriel, sur 10 000 m², devrait permettre des gains de productivité. Doté d’une forte notoriété et d’un carnet de commandes bien rempli (pour des enseignes comme Mc Donald’s ou Ikea, ou pour la grande distribution), le groupe s’est essayé à de nouveaux produits, comme la saucisse barbecue précuite. "On a des clients et des contrats ; il y a de l’espoir. Les juges ont estimé que l’entreprise est viable", assure Mouloud Hamara (CGT), dont le syndicat (majoritaire) vient de négocier un accord sur l’organisation du travail favorable aux salariés, ainsi que l’embauche de vingt emplois supplémentaires en CDI sur le nouveau site.

Le tribunal de commerce a décidé d’une période d’observation de six mois. Prochaine audience le 20 décembre.

Mathieu Hébert

Réagir à cet article

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus