Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

"Le chantier sur lequel nous avons le plus de travail, c'est le digital manufacturing", selon Claude Imauven de Saint-Gobain

Sylvain Arnulf ,

Publié le

Entretien Claude Imauven est le numéro 2 de Saint-Gobain en charge de la transformation digitale depuis novembre 2015. L'Usine Digitale l'a rencontré pour connaître sa vision de l'avenir de l'entreprise. Selon lui, le géant français des matériaux de construction doit mettre l'accent sur deux chantiers : la digitalisation des RH et le digital manufacturing.

Le chantier sur lequel nous avons le plus de travail, c'est le digital manufacturing, selon Claude Imauven de Saint-Gobain © STEPHANIE JAYET

L'Usine Digitale - Vous avez été nommé, en novembre, numéro 2 de Saint-Gobain, en charge de l’innovation, de la transformation digitale, de l’excellence opérationnelle et du développement international. Pourquoi pas numéro 2 chargé de la transformation digitale à plein temps?

Claude Imauven - Le digital n'a pas commencé à Saint-Gobain avec ma nomination. Il existe de nombreuses initiatives depuis longtemps, au niveau national, régional et dans les métiers. Ma mission, c'est d'accélérer, en mutualisant les projets, en créant des synergies, en m'assurant que ceux qui sont à la traine rattrapent le peloton et que les meilleures initiatives se propagent dans l'ensemble du groupe. Le numérique est partout, cela a du sens d'intégrer cette fonction au COO (chief operating officer).

Y'a-t-il des directeurs du digital dans chacune des marques du groupe ?

Nous n'avons aucun poste labellisé chief digital officer, car on considère que le sujet est transversal et doit être investi par tous les directeurs généraux. Le numérique fournit des outils et un langage communs à des fonctions qui n'avaient pas l'habitude de travailler ensemble comme la R&D, le marketing et l'IT. Mais chaque responsable de business unit a des objectifs et des bonus liés au numérique.

Par exemple ?

Faire progresser le chiffre d'affaire des ventes en ligne, développer un nombre donné d'API dans l'année, mettre au point un nouveau programme de réalité augmentée qui va aider à vendre certains produits... Ce sont des objectifs très concrets et précis, différents pour chaque branche, car nos métiers sont variés.

Lire la suite de l'interview sur le site de L'Usine Digitale.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle