Le chantier de plaisance Fountaine Pajot engrange les commandes

, , ,

Publié le

L’année fiscale 2014, commencée en septembre dernier, a bien débuté pour le chantier rochelais. Le volume des commandes a augmenté de 56% par rapport à 2013 et la progression du chiffre d’affaires devrait être d’au moins 10%.

Le chantier de plaisance Fountaine Pajot engrange les commandes

Jean-François Fountaine a confirmé qu’il abandonnerait sa fonction de PDG du chantier Fountaine Pajot. Il restera président du conseil d’administration, mais il donnera les clés de la direction opérationnelle à son actuel directeur général, Nicolas Gardies, l’esprit serein. L’entreprise continue de progresser, le niveau de commandes augmente et le niveau des exportations atteint un sommet, avec 80% du chiffre d’affaires.

Les principaux chiffres de l’année fiscale 2013, close le 31 août 2013, étaient déjà connus : chiffre d’affaires de 40,7 millions d’euros (+ 6,1%), résultat net de 541 millions d’euros (- 32%) mais un résultat d’exploitation multiplié par quatre, à 561 millions d’euros. A l’issue des salons nautiques d’automne, le volume de commandes s’élève à 38,3 millions d’euros, en progression de 56% par rapport à l’année précédente. Pour le chiffre d’affaires 2014, Jean-François Fountaine se dit prudent et annonce une progression de 10%.

Sur certains modèles, le chantier a déjà pris des commandes pour l’année 2015. Le lancement de l’Hélia 44, un voilier "cœur de gamme", est un grand succès et représente près du quart du chiffre d’affaires de l’entreprise. Les ventes aux Etats-Unis explosent. En un an, la part de l’Amérique du Nord dans le chiffre d’affaires global est passée de 6% à 17%. L’Asie a été en revanche décevante. Pour redresser la barre, le chantier a changé de concessionnaire en Chine et vient d’ouvrir un bureau en Asie en s’appuyant sur le concessionnaire australien.

Foi dans les catamarans à moteur

Enfin, malgré des ventes décevantes, Jean-François Fountaine continue de croire à l’avenir des catamarans à moteur. "A terme, le catamaran à moteur prendra sa place. Nous étions des précurseurs et aujourd’hui des concurrents arrivent. L’élargissement de l’offre devrait avoir un effet positif sur le marché. Les catamarans sont plus stables que les monocoques et consomment de 30% à 40% de moins." Le chantier a lancé en cours d’année la marque Fountaine Pajot Motor Yachts, pour remplacer Trawlers Catamarans, jugée vieillotte, et va accentuer son effort marketing sur ce secteur, qui ne représente actuellement qu’un peu moins de 10% du chiffre d’affaires.

Patrice Desmedt

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte