Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

Le champion de la lutte contre le virus Ebola est un laboratoire canadien

, , , ,

Publié le

La fièvre tueuse Ebola pourrait avoir trouvé un ennemi capable de l'éradiquer : le laboratoire national de microbiologie canadien de Winnipeg. Il a participé au développement du ZMapp, qui a permis de sauver deux Américains, et a aussi élaboré un vaccin qui va être testé en Afrique de l'Ouest d'ici quelques jours.

Le champion de la lutte contre le virus Ebola est un laboratoire canadien © Armin Kübelbeck - wikimedia commons

Le laboratoire national de microbiologie canadien de Winnipeg va peut-être pouvoir aider l'Afrique de l'Ouest, touchée depuis décembre 2013 par une violente épidémie de fièvre hémorragique. Ses chercheurs ont participé à l'élaboration des deux seuls médicaments qui sont (ou vont être très prochainement) testés sur les malades atteints du virus Ebola.

Le premier, le ZMapp, a été administré à trois Américains. Deux d'entre eux ont été sauvés au bout de 15 jours de traitement, ils sont sortis guéris de l'hôpital respectivement les 19 et 21 août. Le troisième n'a pas survécu.

RECHERCHES COMBINÉES

Les principes actifs de ce sérum, qui dispose de propriétés antivirales à même de lutter contre Ebola, proviennent du tabac. Le ZMapp n'a pas encore été homologué par l'Organisation mondiale de la santé (aucun traitement contre la fièvre hémorragique n'a à ce jour reçu cette homologation). Mais l'agence internationale a approuvé son utilisation sur des personnes infectées début août. Avant d'être administré aux trois patients atteints du virus, il a été testé avec succès sur des singes.

Ce médicament a été fabriqué par Larry Zeitlin et Kevin Whaley, deux salariés d'une start-up de biotechnologies basée à San Diego, Mapp Biopharmaceutical. Mais ils n'ont pas travaillé seuls : les Etats-Unis et le Canada leur ont apporté un soutien important, en faisant de longues recherches préliminaires.

L'armée américaine a travaillé pendant 10 ans sur ce médicament au sein de l'Army Medical Research Institute for Infectious Diseases. Le laboratoire national de microbiologie canadien de Winnipeg a également participé. La start-up a combiné les recherches des deux institutions pour créer la version finale de son traitement, administrée aux malades, a expliqué à L'Usine Nouvelle un porte-parole du laboratoire canadien.

un vaccin en préparation...

Ce sérum n'est disponible qu'en doses infimes. Les stocks "sont d'ores et déjà épuisés", se désole un épidémiologue de l'Université d'Oxford, repris par France 24 le 21 août. Il faudra plusieurs mois à la start-up pour fabriquer de nouveau le médicament. Pour lutter contre l'épidémie, déclarée par l'OMS urgence de santé publique mondiale, plusieurs équipes de recherche travaillent sur d'autres traitements.

Parmi ces scientifiques on retrouve… les chercheurs du laboratoire de Winnipeg. En parallèle de leurs travaux sur le ZMapp, ils développent depuis neuf ans un vaccin pour lutter contre la fièvre hémorragique. Le VSV-EBOV a été expérimenté sur des souris, des cochons d'Inde et des singes.

... homologué d'ici 2015

Même si les tests cliniques sur les humains n'ont pas encore commencé, le gouvernement canadien a décidé (avec l'accord des autorités sanitaires) de donner à l'OMS entre 800 et 1000 doses de ce vaccin pour les utiliser en Afrique de l'Ouest. Le traitement pourrait être homologué d'ici 2015.

"Le gouvernement canadien détient la propriété intellectuelle associée à ce vaccin et a accordé une licence sur les droits à NewLink Genetics, via sa filiale BioProtection Systems", a détaillé le porte-parole du laboratoire. C'est elle qui développera le produit en vue de son utilisation chez l’être humain.

Lélia de Matharel

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle