Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Le Cetim installe deux process innovants dans le Technocampus Composites de Nantes

, , ,

Publié le

Le Technocampus nantais va bénéficier de nouveaux process innovants, mis en place par la Cetim. L'un permet de produire des pièces de grandes dimensions pas enroulement filamentaire. L'autre met en œuvre des briques composites élémentaires.

Le Cetim installe deux process innovants dans le Technocampus Composites de Nantes

Le Cetim installe deux équipements majeurs sur le Technocampus Composites, à Nantes (Loire-Atlantique). Le premier, d'un coût d'1 million d'euros (plus 1,5 million d'euros en développement), a été présenté sur le stand des Pays de la Loire, lors du dernier salon Jec composites à Paris.

Il s'agit d'une machine pour la production de pièces thermoplastiques de grandes dimensions, par enroulement filamentaire (ruban placé autour d'une forme). Elle met en œuvre un robot 6 axes avec deux modules, dont le plus important est dimensionné pour des pièces de 2,5 mètres de diamètre et de 4 mètres de long. L'intérêt d'un tel outil réside dans la possibilité de fabriquer à grandes cadences des pièces thermoplastiques de formes variées et de grandes dimensions (réservoirs, citernes, tuyaux, etc.) L'outil est réalisé avec l'allemand AFPT pour les technologies laser.

Du plastique qui assure le liant

L'autre équipement (5 millions d'euros environ), dont la mise en place est prévue pour le début 2015, est aussi une réponse pour la production de pièces à grandes cadences (des pièces d'environ 3 kg en une minute), réclamée notamment par l'automobile. Il s'agit d'une ligne pilote mettant en œuvre une technique de pultrusion développée en thermoplastique, sur la base de briques élémentaires.

Très schématiquement, il s'agit de placer des briques de composites préfabriquées dans un moule et d'y injecter du plastique qui assure le liant. La disposition des briques permet d'assurer l'isotropie (placement des fibres dans un sens précis) et donc les propriétés physiques de la pièce. Ce process permet de fabriquer en composite l'équivalent de pièces métalliques estampées, comme des éléments de carrosserie par exemple. 

Emmanuel Guimard

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle