Le CEA et Faurecia s’associent pour le développement des véhicules à hydrogène

Le commissariat à l'énergie atomique et aux énergies renouvelables (CEA) et l'équipementier automobile Faurecia ont signé un accord pour accélerer la production des véihicules utilisant des piles à combustible. Un partenariat qui montre l'intérêt du secteur industriel pour cette technologie.

 

Partager
Le CEA et Faurecia s’associent pour le développement des véhicules à hydrogène

C’est une technologie qui a décidemment le vent en poupe. Faurecia, l’un des principaux équipementiers automobiles, vient de se rapprocher du Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) pour établir un programme de recherche et de développement dans le domaine de la pile à combustible. Cet accord, qui court sur cinq ans, permettra à l’équipementier de bénéficier de plus de 15 ans de recherches menées par le CEA dans la production d’électricité au moyen d’hydrogène. Selon Florence Lambert, directrice du CEA-Liten, la technologie est aujourd’hui mûre pour l’automobile et possède des performances comparables aux motorisations thermiques « En ce qui concerne l'automobile, nous ne sommes plus au stade de la recherche est du développement, mais plutôt à celui du déploiement industriel », souligne-t-elle. L’accord de co-développement avec Faurecia vient donc à point nommé pour transférer cette technologie vers l’industrie et permettre à une nouvelle génération de véhicules à hydrogène de voir le jour. « Au sein du CEA, nous avons travaillé sur de nombreux aspects de cette technologie », poursuit Florence Lambert. « Par exemple, les piles à combustible basse température utilisent du platine. Nous avons réussi à réduire la quantité nécessaire d’un facteur 6, tout en améliorant considérablement les possibilités de recyclage ».

Une recharge instantanée

Du côté de Faurecia, cette technologie n’est pas destinée à remplacer les véhicules électriques à batterie. « Les véhicules à hydrogène coexisteront avec les autres véhicules électriques », insiste Patrick Koller, directeur général du groupe. Mais pour l’industrie automobile, la pile à combustible dispose de solides atouts, tel qu’une une autonomie supérieure aux véhicules à batterie et surtout une recharge instantanée de la pile, en l’approvisionnant en hydrogène. Selon Faurecia, ces avantages permettent de placer ce type de motorisation comme une bonne alternative dans le domaine des véhicules utilitaires. Les travaux du CEA et Faurecia pourraient aboutir à une version industrialisable d’ici 2 à 3 ans. Pour ce faire, Faurecia a fait l'acquisition, en mai 2017, d'un accès exclusif au savoir faire industriel de Stelia Aerospace Composites, dans le domaine des réservoirs à hydrogène en composite.

Une production abordable

Pour les partenaires, la filière hydrogène est en train de se constituer. « Cette technologie est naturellement dopée par le les innovations récentes sur les énergies renouvelables », prévoit Florence Lambert, « En effet, le développement d’une nouvelle génération de cellules photovoltaïques, performantes et à bas coût, induit une électrolyse de l’hydrogène à bas coût. ». Du soleil et de l’eau pourraient constituer, à termes, les seules matières premières de ce carburant du futur, et combler ainsi les trous d'un puzzle énergétique qui commence à prendre forme.

D’autres industriels, comme l’équipementier Plastic Omnium, via sa filiale de systèmes à carburant Auto Inergy, ont montré leur intérêt pour l’hydrogène. Il met au point dans son centre de recherche les procédés qui pourront démocratiser cette technologie. La course à la pile à combustible est désormais ouverte !

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'hebdo de la techno

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles clés de l'innovation technologique

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe. 

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

WESER

Technicien Qualité (H/F)

WESER - 03/10/2022 - CDI - TOURS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS