Le captage direct du CO2 dans l’air intéresse de plus en plus les industriels

D’abord considérée avec scepticisme, la capture directe du dioxyde de carbone (CO2) dans l’air suscite de plus en plus d’intérêt chez les industriels. C’est ce qui ressort du colloque organisé le 16 novembre par la Fondation de la Maison de la Chimie sur le captage, le stockage et l’utilisation du CO2.

Partager
Le captage direct du CO2 dans l’air intéresse de plus en plus les industriels
La technologie de captage direct du CO2 dans l'atmosphère développée par Climeworks fait appel à un procédé d'absorption : le CO2 est aspiré à travers des membranes recouvertes d'amines qui le captent. Il est ensuite extrait par chauffage à 100°C.

Le captage direct du dioxyde de carbone (CO2) dans l’atmosphère (Direct air capture, DAC) ne fait pas partie des technologies que développe Air Liquide. Toutefois, l’entreprise effectue une veille sur le sujet depuis quatre ans. Notamment depuis que Climeworks - startup issue de l’Ecole Polytechnique Fédérale de Zurich - a commencé à faire parler d’elle en 2017 avec un premier pilote.

« Au début, il y avait beaucoup de scepticisme chez Air Liquide concernant cette technologie, admet Régis Réau, directeur scientifique de la R&D au sein du groupe, lors d’un colloque en ligne organisé le 16 novembre par la Fondation de la Maison de la Chimie. Capter le CO2 dans une source aussi diluée que l’atmosphère paraissait totalement impossible. » Mais le vent a tourné. « Cette opinion a un petit peu évolué », poursuit-il.

Décarboner la production d’énergie, améliorer l’efficacité des procédés, capturer du CO2 sur des installations industrielles… pour atteindre la neutralité carbone d'ici quelques décennies, un éventail d'actions sont envisagées. « Mais cela ne suffira pas, souligne M. Réau. Beaucoup de scénario indiquent qu’il faudra être capable d’extraire du CO2 de l’atmosphère, grâce à des procédés naturels comme le captage par la biomasse ou le DAC. »

Environ 9000 tonnes/an de CO2 captées par DAC

Après un premier pilote de Climeworks en 2017 et une première publication d’ingénierie détaillée de la startup canadienne Carbon Engineering l’année suivante, des premières applications sont apparues très rapidement, assure M. Réau : « Il y a actuellement quinze sites en activité pour une production de CO2 d’environ 9 000 tonnes par an. Nous estimons que d’ici une dizaine d’année, nous pourrions arriver à un captage de 10 millions de tonnes de CO2 par an. »

En septembre 2019, Air Liquide a lancé une offre de CO2 capté dans l’air par la technologie de Climeworks pour des utilisations comme la croissance de biomasse sous serre ou la production de boissons gazeuses par exemple. Fin 2018, le groupe Coca-Cola avait également annoncé son intention d’utiliser du CO2 extrait par Climeworks dans une de ses boissons. La startup suisse fait aussi partie du consortium Norsk e-fuel lancé cette année pour produire des électro-carburants à partir de CO2, d’eau et d’électricité renouvelable. Enfin, en août 2020, la société Oxy a signé un partenariat avec Carbon Engineering pour un projet de capture de 500 000 tonnes de CO2. L’objectif de lutte contre les émissions de CO2 est toutefois moins évident : il s’agit ici de faire de l’« enhanced oil recovery » (EOR). C’est à dire injecter du CO2 dans des réservoirs pétroliers pour récupérer plus de pétrole.

Captage de sources distribuées

« Un des grands avantages de cette technologie de capture directe dans l’atmosphère est qu’elle va pouvoir capter du CO2 émis par des sources distribuées », relève M. Réau. Autres avantages de cette solution : sa flexibilité géographique, la possibilité d’aboutir à des émissions négatives en l’associant à un stockage de longue durée, et un impact limité sur l’eau et les sols.

Le principal inconvénient du DAC : son coût. « Actuellement, le CO2 qui en est issu revient quatre à six fois plus cher que le CO2 capté par des méthodes classiques, précise M. Réau. Il faut donc réduire ce coût d’environ 80 %. » Cela dépendra notamment d’un accès à de l’énergie bas carbone de manière abondante et à un prix compétitif, et d’une réglementation favorable, poursuit-il. « Avec l’expérience et un déploiement à grande échelle, différentes études montrent qu’il devrait être possible d’atteindre 200 euros par tonne de CO2 capté d’ici 2040 », ajoute David Nevicato à la direction R&D de Total.

Extraction énergivore du CO2 après captage

Démontrées à l’échelle de pilote, les deux technologies existantes se rejoignent sur leur fort besoin en énergie pour extraire et récupérer le CO2 une fois capté. Entre 5 et 10 gigajoules (GJ) sont nécessaires par tonne de CO2 lorsqu'il est concentré à environ 0,04 % comme il l’est dans l’atmosphère. Un chiffre à comparer aux 2 à 3 GJ nécessaires lorsqu’il est concentré à 4 %, comme dans les fumées issues d’une centrale à cycle combiné au gaz. « C’est extrêmement élevé mais les startups font des progrès très rapides pour faire décroître cette consommation », nuance M. Réau.

Vapeur d'eau à 100°C ou chaleur à 800°C

Choisie par Climeworks et la startup américaine Global Termostat, la première technologie fait appel à de l’absorption : le CO2 est capté par des amines qui recouvrent un filtre poreux à travers lequel l’air circule. Lors d’une deuxième étape, de la vapeur d’eau à 100°C est passée sur le filtre pour en extraire le CO2.

Développé par Carbon Engineering, le deuxième procédé utilise des cycles chimiques en phase aqueuse. L’air - et le CO2 qu’il contient - est mis en contact avec une solution de potasse (KOH) pour former un carbonate de potassium. Le CO2 ainsi capté est ensuite transféré dans du carbonate de calcium (CaCO3) lors d’une deuxième étape. Chauffé à plus de 800°C, le CaCO3 se transforme alors en CO2 et en oxyde de calcium (CaO).

L'analyse du cycle de vie à préciser

Pour évaluer si un projet impliquant du DAC fait sens d’un point de vue environnemental, M. Réau insiste sur l’importance d’effectuer une analyse du cycle de vie (ACV) complète. « Aujourd’hui, les publications sur ces ACV sont très contradictoires », souligne-t-il. Non réalisable à grande échelle pour certains, bénéfique pour l’environnement pour d’autres. Avant de devenir une réalité, le DAC devra clarifier son ACV.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le Mans, capitale du son

Le Mans, capitale du son

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Olivier James nous emmène au Mans pour nous faire découvrir un écosystème surprenant : celui de l'acoustique. En quelques années, la...

Écouter cet épisode

Le design dans le monde d'après

Le design dans le monde d'après

L'ancien secrétaire d'Etat socialiste, Thierry Mandon, est président de la Cité du Design de Saint-Etienne. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il présente la Biennale...

Écouter cet épisode

Viande in vitro, végétal... Frédéric Wallet dresse le menu de demain

Viande in vitro, végétal... Frédéric Wallet dresse le menu de demain

Dans ce nouvel épisode de « Demain dans nos assiettes », notre journaliste reçoit Frédéric Wallet. Chercheur à l'Inrae, il est l'auteur de Manger Demain, paru aux...

Écouter cet épisode

La fin du charbon en Moselle

La fin du charbon en Moselle

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Cécile Maillard nous emmène à Saint Avold, en Moselle, dans l'enceinte de l'une des trois dernières centrales à charbon de...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

VILLE DE CALLAC

Technicien des Services Techniques H/F

VILLE DE CALLAC - 31/03/2022 - CDD - CALLAC DE BRETAGNE

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

80 - MONTDIDIER

Etudes géotechniques pour la déconnexion de 25HA de surfaces actives du système de collecte de Montdidier en amont du DO13.

DATE DE REPONSE 20/06/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS