Le budget met le cap sur la rigueur

Officiellement, ni le mot d’"austérité" ni celui de "rigueur" n’a été prononcé. Mais le ton y était largement lors de cette présentation du budget 2012, mercredi 28 septembre.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Le budget met le cap sur la rigueur

"C’est un budget adapté aux conditions économiques particulières", a assuré François Baroin, le ministre de l’Economie. Même si l’économie reste "convalescente", le gouvernement entend maintenir coûte que coûte son objectif "intangible" de la réduction du déficit public. Celui devrait être de 4,5 % en 2012 avant d’être ramené à 3 % en 2013, puis à 2 % en 2014 et 1 % en 2015.

Pour cela, le gouvernement a trouvé une nouvelle formule : "demander plus à ceux qui ont plus ", selon Valérie Pécresse, la ministre du budget. Pour augmenter ses recettes, le gouvernement prévoit ainsi de créer une contribution exceptionnelle des hauts revenus, de raboter de 10 % supplémentaire les niches fiscales déjà rabotées en 2011, de la création d’une taxe sur les boissons sucrées. Ces mesures s’ajoutent à celles déjà présentées et adoptées fin août sur la limitation des reports de déficit sur l’impôt sur les sociétés ou la hausse du forfait social.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Le gouvernement a ajouté une nouvelle mesure ponctuelle qui vise les entreprises : les industriels, qui émettent plus de 60 000 tonnes de C02 et sont soumis au système européen de quotas carbone, devront s’acquitter d’une taxe exceptionnelle en 2012 sur leur chiffre d’affaires pour financer l’achat de nouveaux quotas par la France destinés aux nouveaux entrants.

Cumulées, toutes ces mesures devraient rapporter 2,8 milliards d’euros en 2012 d’après les calculs du gouvernement, tandis que l’amélioration de la conjoncture devrait augmenter de 13,6 milliards d’euros les recettes de l’Etat.

Préserver la croissance

"L’effort est soigneusement dosé pour préserver la croissance", souligne Valérie Pécresse. Alors que la croissance reste faible (1,7 % de croissance pour 2012 selon le gouvernement), le chemin est étroit. Le gouvernement a veillé à ne pas toucher aux mesures qui concernent la compétitivité des PME et à l’emploi. "On ne touche pas au crédit impôt recherche", a assuré François Baroin. De même, le ministre a confirmé que le dispositif ISF-PME, raboté l’an dernier, est "sanctuarisé".

Au final, la pression fiscale devrait pourtant augmenter de façon significative. De 43,7 % en 2011, le taux des prélèvements obligatoires devrait passer à 44,5 % en 2012 puis 45 % en 2013, selon les prévisions de Bercy.

Du côté du patronat, les efforts demandés ont été plutôt bien accueilli par le Medef, qui se félicite de "la nouvelle discipline budgétaire" de l’Etat. "Toutefois, la ligne directrice favorable à la croissance et aux entreprises pourrait être plus affirmée", souligne l’organisation de Laurence Parisot.

Mais plutôt que des hausses d’impôts, le gouvernement préfère mettre l’accent sur l’effort de baisse des dépenses, qui devraient "baisser pour la première fois depuis 1945 ". "Il n’y a pas de chemin pour arriver à un déficit de 3 % du PIB sans réduire les dépenses publiques", a assuré Valérie Pécresse, en attaquant les candidats aux primaires socialistes.

Au niveau global, les dépenses de l’Etat seront gelées à "zéro valeur" en 2012, à 275 milliards d’euros. Ce qui devrait conduire, en tenant compte de l’inflation, à une baisse de 4 % des dépenses en termes réels. Un milliard d’euros doit d’ores et déjà être économisé en 2011, même si l’arbitrage entre les ministères n’est pas encore achevé.

Partager

NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS