Le britannique G4S abaisse son objectif de chiffres d'affaire, le titre chute

EDIMBOURG (Reuters) - G4S, numéro un mondial de la sécurité, abandonne plus de 7% mardi en Bourse de Londres et figure parmi les plus fortes pertes en Europe, à la suite d'une révision en baisse de son objectif de chiffre d'affaires pour le restant de l'année.
Partager
Le britannique G4S abaisse son objectif de chiffres d'affaire, le titre chute
G4S, numéro un mondial de la sécurité, abandonne plus de 7% mardi en Bourse de Londres et figure parmi les plus fortes pertes en Europe, à la suite d'une révision en baisse de son objectif de chiffre d'affaires pour le restant de l'année. /Photo d'archives/REUTERS/Darren Staples

En raison d'une stagnation de ses performances au Moyen-Orient et en Inde, le groupe britannique prévoit désormais une croissance organique de 3 à 4% en 2017, avec une "bonne" croissance du bénéfice. Il avait annoncé précédemment une prévision de croissance organique pour 2017 conforme à son objectif à moyen terme de croissance annuelle de 4 à 6%.

L'action G4S recule de plus de 7% vers 10h30 GMT, troisième plus forte baisse de l'indice large européen STOXX 600 (-0,15%) et alors que la Bourse de Londres ne cède que 0,21%.

Pour les neuf premiers mois de l'année, G4S, qui fournit des services externalisés de gardiennage, de surveillance aérienne et de patrouille mobile, a annoncé une croissance de 4,4%, porté par tous ses marchés à l'exception du Moyen-Orient et de l'Inde.

Les ventes dans ces deux régions étaient déjà en baisse au premier semestre et l'action G4S a cédé 17% depuis fin juin alors que l'indice FTSE a été stable sur la période.

G4S a dit que ses commandes étaient "encourageantes" et que son ratio dette/Ebitda était attendu à 2,5 ou moins à fin 2017.

"Bien que la croissance ait ralenti un peu plus que prévu, nous restons positifs", écrit le courtier Stifel dans une note à ses clients. "Les bases de comparaison deviennent plus favorables au cours de 2018 et nous nous attendons à ce que la croissance organique retrouve la fourchette de 4 à 5%."

(Elisabeth O'Leary, Juliette Rouillon pour le service français)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Nouveau

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Jonconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS