Le Brexit serait un poison pour l'économie mondiale, dit Berlin

LONDRES (Reuters) - Une sortie de la Grande-Bretagne de l'Union européenne aurait des conséquences désastreuses pour l'économie britannique, l'économie européenne et même mondiale, estime le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble dans un entretien à la BBC, dimanche.
Partager
Le Brexit serait un poison pour l'économie mondiale, dit Berlin

"Nous aurions des années de négociations très difficiles, ce qui serait également très compliqué pour l'UE. Pendant des années, nous aurions une telle insécurité que cela serait un poison pour l'économie du Royaume-Uni, du continent européen ainsi que pour l'économie mondiale", a estimé Schäuble.

Dans l'hypothèse d'un Brexit, la Grande-Bretagne continuerait à commercer avec l'Union européenne mais elle ne pourrait plus bénéficier de l'avantage d'un accès au marché commun européen sans accepter la circulation de ressortissants de l'UE ou sans contribuer au budget du bloc communautaire, a-t-il affirmé.

Le ministre allemand a dit ne pas croire que la Grande-Bretagne ait l'intention de suivre l'exemple de pays comme la Norvège qui acceptent cette liberté de circulation, contribuent aux budgets européens et appliquent les règles du marché unique.

"Je ne vois vraiment pas pourquoi le Royaume-Uni serait intéressé à rester dans le marché unique sans avoir la possibilité d'y être décisionnaire. Cela n'a pas de sens", a-t-il précisé.

Une batterie de sondages publiés par YouGov samedi montrent le camp du maintien ("In") est en tête dans quatre enquêtes depuis le 25 février avec une moyenne de 40% tandis que les partisans de la sortie ("Out") rassemblent 37%. Les quatre précédents sondages donnaient le "Brexit" en tête.

Pour Schäuble, un tel scénario serait une "catastrophe" mais cela ne conduirait par l'Union européenne "au suicide" malgré un évident affaiblissement du bloc.

Interrogé sur la Turquie, le ministre a reconnu que le gouvernement allemand nourrissait des doutes importants sur l'adhésion de ce pays à l'Union européenne.

"Il faudra du temps avant de parvenir à la fin des négociations avec la Turquie", a-t-il dit. "C'est une question de plusieurs années à venir et cela ne constitue pas un sujet de préoccupation pour le moment".

(Kylie MacLellan; Pierre Sérisier pour le service français)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le modèle coopératif façon Mondragon

Le modèle coopératif façon Mondragon

Nouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage au Pays basque espagnol. Il s'y est rendu pour nous faire découvrir Mondragon, la plus grande...

Écouter cet épisode

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS