Le Brésil renvoie Total à ses chères études (d’impact environnemental)

L’étude d’impact environnemental du projet d’exploration pétrolière de Total à l’embouchure du fleuve Amazone vient d’être rejetée par le gouvernement brésilien, après trois demandes de compléments d’informations. Total dément le gel de la procédure de demande de permis.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Le Brésil renvoie Total à ses chères études (d’impact environnemental)

L’agence environnementale brésilienne Ibama a rejeté, le 29 août, l’étude d’impact environnemental déposée par le groupe pétrolier Total à l’appui de sa demande de permis d’exploration à l’embouchure du fleuve Amazone. Dépendant du ministère brésilien de l’Environnement, l’Ibama menace d’arrêter purement et simplement la procédure en cours "si l’investisseur ne répond pas aux points soulevés par l’équipe technique". Des questions qui portent sur la manière dont Total compte réduire les risques écologiques, notamment pour les mammifères marins et les tortues, et sur le mode de dispersion du pétrole dans l’eau.

"La demande de clarification ou de nouvelles informations est habituelle dans le processus de demande de permis au Brésil", tempère Total, contacté par l'Usine Nouvelle. "C'est le mode de dialogue officiel entre le régulateur et l'entreprise." Le goupe français affirme qu'il "a répondu dans les délais à toutes les demandes de clarification ou de modification de l'Ibama", et continuera à le faire, "le processus de demande de permis [étant] toujours en cours". "Il n'y a pas eu, de la part d'Ibama, de refus d'accorder le permis, mais une demande d'informations complémentaires qui doit permettre au régulateur d'avancer dans le traitement de cette demande, les études ayant été jugées insuffisantes", confirme l'agence environnementale brésilienne.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Des inquiétudes pour l'un des plus grands récifs coralliens au monde, découvert en 2016

A 28 kilomètres de là, l’un des plus grands récifs coralliens du monde - découvert seulement l’an dernier - pourrait contrecarrer les plans de la compagnie pétrolière française. Une distance au coeur d'un désaccord entre Total et Greenpeace, le premier affirmant qu’elle met le récif à l’abri de toute nuisance, le second ayant publiquement exprimé des doutes. "Aucun bloc pétrolier proposé ne se situe à proximité du récif corallien", précise l'Ibama suite à des articles de presse évoquant le gel de la procédure, ce qui n'est pas le cas, affirme le régulateur.

Le projet, situé dans le bassin de Foz de Amazonas, est mené en consortium avec la compagnie britannique BP et le brésilien Petrobras. Des études géologiques évaluent le potentiel de la zone à 14 milliards de barils.

Partager

NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS