Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Energie

Le Brésil refuse définitivement à Total ses projets de forage en Amazonie

, , , ,

Publié le , mis à jour le 10/12/2018 À 08H11

Échec pour Total. Le 7 décembre, l'agence environnementale brésilienne a rendu un cinquième avis négatif et définitif sur d'éventuels forages près de l'embouchure du fleuve Amazone. Le pétrolier français avait acquis cinq blocs de prospection avec BP et Petrobras dans une zone susceptible d'abriter des réserves gigantesques de pétrole. Depuis 2016, l'impact redouté du projet sur la biodiversité retardait les plans des entreprises.

Le Brésil refuse définitivement à Total ses projets de forage en Amazonie
L'agence environnementale brésilienne a rendu à Total un cinquième avis négatif et définitif sur d'éventuels forages près de l'embouchure du fleuve Amazone.
© Greenpeace

L'agence environnementale brésilienne Ibama a annoncé le vendredi 7 décembre avoir rendu un cinquième avis, définitif, refusant à Total l'autorisation de réaliser des forages près de l'embouchure du fleuve Amazone. Ibama a dit avoir donné à Total toutes les opportunités de corriger les problèmes soulevés lors d'une évaluation technique et avoir informé le groupe français de sa décision, motivée par le souci de préserver la biodiversité dans la zone concernée.

De l'avis de certains géologues, cette région pourrait abriter jusqu'à 14 milliards de barils de pétrole, soit plus que la totalité des réserves avérées du golfe du Mexique. Total et ses partenaires, le britannique BP et le brésilien Petrobras, avaient acquis cinq blocs de prospection dans ce bassin en 2013.

Projet controversé

L'homologation du projet traînait en longueur depuis la découverte en 2016 d'un important massif corallien à 28 kilomètres de la zone d'exploration. L'ONG environnementale Greenpeace a mené une longue campagne pour dénoncer le projet d'exploration. Elle accusait notamment les trois groupes pétroliers de détenir des blocs débordant sur le gigantesque récif corallien.

Le 7 décembre, Greenpeace a accueilli la nouvelle en parlant d'une "victoire définitive". Total s'est "entêté, coûte que coûte, à vouloir ouvrir une nouvelle frontière pétrolière dans une zone qui abrite des espèces menacées", selon l'ONG. Elle ajoute : "Dans un contexte politique incertain au Brésil et face aux menaces qui pèsent sur l'environnement en Guyane, Greenpeace appelle à protéger durablement le récif et les régions alentours."

Avec Reuters (Marta Nogueira; Patrick Vignal pour le service français)

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle