Le Brésil peut maîtriser son destin

Lula favori du deuxième tour de la présidentielle le 27 octobre

Partager

L 'élection probable de Lula à la présidence va-t-elle faire entrer le Brésil dans une période d 'instabilité politique ?Ce n 'est pas l 'hypothèse la plus vraisemblable. Sur les points essentiels,les deux candidats sont à peu près d 'accord.De surcroît,le nouveau président devra tenir compte du Congrès qui va être renouvelé.La représentation politique,très éclatée,aucun parti n 'atteignant 20%des sièges,ne devrait pas être sensiblement modifiée.Les changements seront négociés et prendront du temps.

L 'un des problèmes : la forte progression démographique
Cela ne signifie pas que le Brésil n 'affronte pas de graves problèmes,dont la distribution des richesses.20 %de Brésiliens perçoivent 64 %du revenu national tandis que 20 %n'en perçoivent que 2,5 %.En 1994,le plan Real,en maîtrisant l 'inflation, avait redonné du pouvoir d 'achat aux plus démunis.Mais,avec le temps,le pays a repris quelques-unes de ses mauvaises habitudes.Ceci sur fond de forte progression démographique.Il y a trente-deux ans,célébrant sa troisième Coupe du monde de football,tout le pays chantait :«90 millions en action, avance Brésil ...» Cette année,il aurait dû chanter «180 millions en action ...» Cela des conséquences sur les besoins d 'infrastructures (éducation,santé)auxquels une faible épargne peut difficilement répondre.D 'où la nécessité de financements externes.La campagne électorale a accordé au sujet l 'importance qu 'il mérite et le président Cardoso a facilité la tâche de son successeur en obtenant du FMI un prêt de 30milliards de dollars,dont 6 disponibles dès cette année. Un point particulièrement délicat est celui de la dette du secteur public qui atteint le chiffre de 819 milliards de dollars,soit 61,8 % du PIB !Le taux de référence de la Banque centrale étant de 18%,tous les candidats ont pris l 'engagement de l 'abaisser fortement. Mais cela risque de nourrir l 'inflation.Pour le Brésil,qui a le plus important PIB d 'Amérique latine et dont la croissance reste positive (0,7 %cette année),le défi est clair comment intégrer dans l 'économie active 70 millions de Brésiliens qui en sont encore exclus sans recourir à des solutions artificielles ou démagogiques ?Si cette intégration se fait sans heurt,elle contribuera à relance la machine du développement.

L 'industrie résiste aux chocs
Pour cela,le pays possède d 'incontestables atouts.Son industrie a atteint un degré de structuration et de diversification qui la fait résister aux chocs notamment liés à conjoncture latino-américaine.L 'Amazonie,qui représente 38 %du territoire,possède un potentiel,minéral,agricole,touristique,à la mesure de son immensité.Ses ressources commencent à être exploitées,le problème étant de les exploiter sans les détruire. Alors,en crise,le Brésil ?Mais,depuis son indépendance,en 1822,a-t-il jamais cessé d 'être en crise ?Jusqu 'à présent,il s 'en est toujours sorti et a même fait mieux,puisqu 'il progresse,grâce à la volonté et à l 'énergie les Brésiliens,deux qualités dont on ne les crédite pas toujours spontanément.

Paulo Faria
Président de Effys Consultores Ltda, dont le siège est à Rio de Janeiro

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS