L'Usine Energie

Le bras de fer se durcit chez GE Belfort

, , , ,

Publié le

Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement L’Usine Nouvelle - édition Abonné

Le bras de fer se durcit chez GE Belfort
À l’usine de turbines à gaz de General Electric à Belfort (Territoire de Belfort), le plan de restructuration de la direction ne passe pas. Il prévoit de supprimer près de 1 050 postes en France, dont 792 sur les 1 900 du site belfortain. La proposition de GE de réduire de 150 le nombre de suppressions à Belfort, sous réserve que les syndicats viennent s’asseoir à la table de négociations et signent un accord de réduction des coûts et d’amélioration de la performance, ne passe pas non plus. Elle a même mis le feu aux poudres. Après des actions positives, comme l’accompagnement le 17 septembre par une centaine de salariés de la sortie d’une turbine à gaz pour montrer leur savoir-faire et souligner qu’ils ne bloquaient pas la production, ils sont passés à des actions dures. Le 7 octobre, les syndicats CFE-CGC[…]
Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS
Pour un accès immédiat, payez en ligne par carte bleue

En vous abonnant à L’Usine Nouvelle, vous accédez à :

  • Une vision unique de l’industrie en France et dans le monde
  • Une couverture inégalée de l’actualité des usines en région
  • Un décryptage exclusif de la digitalisation de l’industrie et des services
  • La base de référence des 20 000 premières entreprises et sites industriels
En vous abonnant à l'Usine Nouvelle
Déjà abonné?
Connectez-vous
Pas encore abonné?
Abonnez-vous
Mot de passe perdu

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte