Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Le boom des mémoires fait du coréen SK Hynix le N°3 mondial des puces électroniques

Ridha Loukil , , ,

Publié le

Avec une explosion de 75% de son chiffre d’affaires en 2017, le fabricant coréen de mémoires SK Hynix se hisse, pour la deuxième fois de son histoire, à la troisième place des fournisseurs mondiaux de semiconducteurs, derrière Samsung et Intel. Il bat des américains comme Broadcom, Qualcomm ou Micron Technology.

Le boom des mémoires fait du coréen SK Hynix le N°3 mondial des puces électroniques © SK Hynix

SK Hynix est au zénith de sa forme. Le deuxième fabricant coréen de mémoires derrière Samsung Electronics termine 2017 avec un chiffre d’affaires en bond de 75% à 28,4 milliards de dollars, un bénéfice d’exploitation en explosion de 319% à 13,9 milliards de dollars et un bénéfice net en augmentation de 260% à 10 milliards de dollars. Des résultats records qui le propulsent, pour la deuxième fois de son histoire, à la troisième marche du podium mondial des fournisseurs de puces électroniques, derrière son compatriote Samsung Electronics et l’américain Intel, selon Gartner.

Envolée des prix des mémoires

Comme Samsung Electronics, Micron Technology ou Toshiba, SK Hynix bénéficie à fond du boom des mémoires. Un segment de marché qui connait depuis fin 2016 une frénésie exceptionnelle. Ses chiffres de ventes sont gonflés non seulement par l’augmentation de la demande dans les smartphones, les PC ou les datacenters, mais aussi par l’envolée des prix en raison de l’insuffisance des capacités de production et les difficultées des fabricants à migrer vers de nouvelles générations technologiques.

Grâce à cet effet particulier aux mémoires, SK Hynix bat des américains comme Qualcomm (qui occupait la troisième place en 2016) mais aussi Broadcom, figure montante dans les semiconducteurs, et Micron Technology, son principal concurrent yankee aux cotés de Western Digital et Intel. Pour tirer parti des conditions favorables du marché, il a investi 9,7 milliards de dollars en 2017 dans la construction de son usine M15 à Cheongju, en Corée du Sud, et dans l’expansion de son usine à Wuxi, en Chine. Et il prévoit d’investir davantage en 2018 sur les deux sites de production avec l'objectif de mettre en service l'usine M15 à la fin de l'année.

Course dans les mémoires flash 3D

Présent à la fois dans les mémoires vives Dram et les mémoires non volatiles flash, SK Hynix occupe toutefois une place marginale sur le marché des mémoires flash NAND, objet d’une course effrénée à la densité en utilisant les technologies d’intégration 3D. Les mémoires flash représentent environ 20% de son chiffre d’affaires total. Auparavant à la traine sur Samsung Electronics dans les mémoires flash 3D, il tente de rattraper son retard en accélérant la migration de sa production vers les puces à 72 couches de données, alors que les produits les plus avancés actuellement en fabrication empilent 64 couches.

SK Hynix s’impose comme le N°2 mondial des mémoires Dram avec 28,7% du marché au troisième trimestre 2017 selon les chiffres compilés par Statista, derrière Samsung Electronics (45,8%), mais seulement cinquième dans les mémoires flash NAND avec 9,9% du marché, derrière Samsung Electronics (37,2%), Toshiba (17,5%), Western Digital (17,5%) et Micron Technology (12,9%). C'est ce retard qu'il espère rattraper en participant au consortium Pangea mené par le fonds d'investissement Bain Capital pour le rachat des mémoires flash NAND de Toshiba.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle