Le Boeing 777X, un avion moins "japonais" que le 787 Dreamliner

Le 12 juin, le constructeur aéronautique américain Boeing a annoncé avoir conclu un accord avec cinq partenaires japonais pour assurer une partie de la production de son futur long-courrier 777X.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Le Boeing 777X, un avion moins

Mitsubishi Heavy Industries, Kawasaki Heavy Industries, Fuji Heavy Industries, ShinMaywa Industries et NIPPI. Voici les cinq principaux partenaires japonais choisis par Boeing pour participer à la production de son futur bicouloir 777X. Ils assureront, au total, 21 % de la production du nouveau vaisseau-amiral de l'avionneur de Seattle.

L'accord a été annoncé le 12 juin par Ray Conner, patron de Boeing Commercial Airplanes, la branche aviation civile du conglomérat américain. "Ces entreprises sont très performantes, fournissent une qualité supérieure et ont travaillé avec nous pour atteindre les objectifs de coûts", a-t-il commenté.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

une relation parfois compliquée entre boeing et les fabricants japonais

Le 777X, dont de nouveaux détails ont été dévoilés récemment, sera donc en partie japonais... mais pas autant que ses prédécesseurs. Comme le rapporte l'AFP, les sous-traitants japonais de Boeing représentent 35% de la production du 787 Dreamliner et plus de 20% de l'actuel 777, dont le -X est une version allongée et moins friande en kérosène.

La relation entre Boeing et ses partenaires japonais a parfois été compliquée : on se souvient de la mise en cause de GS Yuasa, qui fabrique les batteries lithium-ion du 787, lors de la série d'incidents qui a affecté le programme début 2013.

Pour le 777X, Boeing a choisi la prudence. Alors qu'il avait choisi de délocaliser la fabrication des ailes du 787 chez Mitsubishi Heavy Industries, l'avionneur a cette fois décidé de façonner lui-même celles du 777X à Everett, son usine historique près de Seattle. Les années de retard pris par le programme Dreamliner souvent imputées à l'éparpillement de la supply chain y sont sûrement pour quelque chose...

Elodie Vallerey

Partager

NEWSLETTER Aéro et Défense
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS