Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Le Blayais crée le premier cluster français dans la maintenance nucléaire

,

Publié le

Il y a quelques jours, grands groupes, PME et laboratoires se sont fédérés dans le cluster E-Clide, avec pour mission d'améliorer ensemble la qualité et la sécurité des opérations de maintenance de centrales nucléaires. Il est implanté à la pépinière de Haute-Gironde à Saint-Aubin-de-Blaye, à proximité de la centrale nucléaire de Blaye (Gironde). 

Le Blayais crée le premier cluster français dans la maintenance nucléaire © Wikimedia CC

"En 2013, il y a eu une série de défauts sur la maintenance entraînant des prolongations d'arrêt de tranche et des conséquences sur la production d'électricité, qui ont conduit les acteurs du secteur à se réunir pour trouver ensemble des solutions nouvelles", raconte Thierry Gres, le directeur régional d'Areva NP, ex-Framatome, qui construit et réalise la maintenance des centrales nucléaires.

De cette réflexion est née le 7 juillet dernier le cluster E-Clide, destiné à améliorer la productivité et la sécurité de ces opérations de maintenance nucléaire. Installé à la pépinière de Haute-Gironde à Saint-Aubin-de-Blaye, il rassemble des grands groupes (Areva NP, Spie, Clemessy, Ponticelli Frères...), des laboratoires régionaux (plateforme Coh@bit de l'IUT de Bordeaux) et des PME (Axyz, Syneox, Coverplant, Ersya…).

"Aujourd'hui, le problème est que nous ne pouvons vérifier si les travaux de maintenance ont été bien faits qu'au moment où nous relançons la tranche", regrette Thierry Gres, qui a été élu président de ce cluster. Des opérations complexes, comme un arrêt de tranche (réacteur nucléaire) qui peuvent mobiliser jusqu'à 1 000 personnes.

Des outils numériques sur-mesure

Pour tenter d'y remédier, le cluster va inventer des solutions utilisant des outils numériques conçus sur-mesure pour les opérations de maintenance nucléaire. Deux process sont déjà au point. Le premier est un système d'entraînement en virtualité augmentée. Imaginé par la plateforme Coh@bit de l'IUT de Bordeaux, il replace l'opérateur dans l'univers de la centrale et lui permet ainsi de s'entraîner et d'améliorer sa productivité. Le deuxième est un outil pour mieux coordonner les débuts et fins de travaux sur ces lourdes opérations de maintenance. Ce n'est qu'un début. "Nous avons une dizaine de projets en cours et d'autres grands groupes devraient nous rejoindre", indique Thierry Gres.

Ce cluster devrait créer des emplois en Haute-Gironde. Car, le marché est porteur. Dans le cadre du programme de "grand carénage", pour prolonger la durée de vie des centrales au-delà de 40 ans, EDF va investir 50 milliards d'euros d'ici à 2025.

Nicolas César
 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle