Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Matières premières

Le big data au service de la maintenance chez Fives ECL à Ronchin

, , , ,

Publié le

Concepteur d’équipements pour l’industrie de l’aluminium, Electrification Charpente Levage (ECL) a développé un système de suivi à distance de ses machines pour en améliorer les performances. Implantée près de Lille, à Ronchin (Nord), la filiale du groupe Fives est présente chez la majorité des producteurs d’aluminium, excepté la Chine.

Le big data au service de la maintenance chez Fives ECL à Ronchin
Dans les ateliers d’ECL à Ronchin, on achève l’assemblage de machines de service d’électrolyse bientôt expédiées à Bahreïn. ECL dispose de deux unités de production, sur 36 000 m²
© Mathieu Hébert

Actuellement dans les ateliers d’Electrification Charpente Levage (ECL) à Ronchin (Nord), en proche périphérie de Lille (Nord), on achève l’assemblage des machines de services d’électrolyse qui équiperont bientôt le producteur d’aluminium Alba à Bahreïn. Un concentré de technologies qui conjugue mécanique, hydraulique, pneumatique, électronique, bientôt installé au-dessus des fours à cuisson.

Ce contrat de plus de 2,5 millions d’euros, outre la fourniture d’équipements industriels, comprend aussi de nouveaux services. Alba sera l’un des premiers clients d’ECL à utiliser sa solution SmartCrane, qui permet à l’équipementier de suivre à distance les performances de ses machines et ponts roulants. "On peut ainsi faire des propositions de maintenance sur la base de l’analyse des données", explique Vianney Boyer, responsable du développement des systèmes numériques. "C’est un exemple de ce qu’on peut faire avec le big data. On a toutefois beaucoup négocié : les industriels ont parfois peur de perdre la main sur la maintenance", glisse Etienne Tezenas du Montcel, directeur de l’ingénierie.

Autre innovation : la création de modules de formation, installés dans des conteneurs transportables sur site. Dans l’un d’eux, on peut par exemple installer un simulateur de conduite de machine, avec un réalisme inspiré du jeu vidéo. Un outil non négligeable pour qualifier des opérateurs pas forcément issus du monde de l’industrie. Au sultanat d’Oman, il a par exemple fallu former d’anciens éleveurs de chèvres à l’environnement si particulier des fours à cuisson.


ECL a conçu un simulateur qui reproduit en conditions réelles les opérations sur cuves d’électrolyse ou fours à cuisson

70 ans d’expertise dans l’industrie de l’aluminium

Créé à Lille il y a soixante-dix ans, ECL a débuté son activité dans le contexte de la reconstruction d’après-guerre. Une première commande pour Pechiney en 1955 installe la PME dans le secteur de la production d’aluminium, avant que l’industriel français l’intègre au groupe en 1970. Au fil des restructurations du secteur, ECL passe successivement dans les girons d’Alcan et de Rio Tinto. Rachetée en 2015 par le groupe Fives (lui aussi né à Lille), ECL s’appuie sur soixante-dix ans d’expertise. "De la R&D à la fin de vie des équipements en passant par l’installation et la maintenance, nous intervenons sur toute la chaîne", précise Sébastien Gauguier, directeur général.

ECL réalise plus de 90 % de son activité à l’export. "Nous sommes présents dans plus de la moitié des usines des producteurs d’aluminium, excepté la Chine. Nous disposons d’une base de machines installées parmi les plus importantes au monde", souligne Sébastien Gauguier, formé à l’Université de technologie de Compiègne, puis passé par l’équipementier automobile américain Dana et chez Schneider Electric.

Ponts roulants, chariots porte-outils, machines de service d’électrolyse ou de service de fours à cuisson, l’activité d’ECL dépend à plus 90 % de l’aluminium, un marché qui, après l’effondrement des cours en 2012-2013, connaît à nouveau une croissance régulière.


Machine de service d'électrolyse

Moyens d’usinage de grande capacité

S’appuyant sur ses 36 000 m² et ses moyens d’usinage de grande capacité, l’entreprise a aussi développé d’autres marchés : pièces de structures pour les grues de Liebherr, structures de bouées pour le port de Rotterdam, pièces d’avant de train pour Alstom, balancelles porte-voitures pour les chaînes de production de Jaguar...

ECL emploie 370 personnes, dont 150 en production, 130 dans ses bureaux d’études et équipes projets, et 40 dans ses activités de services. En 2017, son chiffre d’affaires s’établissait à 70 millions d’euros. Cette année devrait confirmer le retour à l’équilibre attendu après "trois ans de période compliquée", avec du recours au chômage partiel. Pyramide des âges aidant, l’entreprise engage une vague de recrutements : technicien méthodes, mécaniciens soudeurs, automaticiens... "On recrute dans tous les secteurs", avance Sébastien Gauguier.

Mathieu Hébert

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle