Le « big business » France - Maroc se retrouve à Paris

En parallèle à la « Rencontre de haut niveau » entre Manuel Valls et Abdelilah Benkirane qui doit se tenir à Matignon ce 28 mai, les patronats marocains et français tiennent conclave à Paris pour dynamiser une relation économique déjà des plus fournie. Safran, Attijariwafa Bank, Safari, Avril, Nexans ou Renault seront de la partie tout comme le ministre marocain de l'Industrie El Alamy.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Le « big business » France - Maroc se retrouve à Paris
Abdelilah Benkirane, chef du gouvernement du Maroc doit clôturer le colloque économique France Maroc du 28 mai à Paris


Un « reset » politique. Après une année de brouille diplomatique soldée fin janvier 2015, les relations France Maroc reprennent vraiment leur cours normal avec une « Rencontre de haut niveau » entre les représentants des deux pays. Ce jeudi 28 mai, Abdelilah Benkirane, Chef du gouvernement du Maroc sera ainsi en visite officielle à Paris pour une série d’entretiens avec Manuel Valls puis François Hollande, vendredi 29 mai au matin.

Dans le même temps, dans un hôtel proche de l’Etoile va se tenir en grande pompe le colloque économique qui réuni traditionnellement tous les 12 à 24 mois le patronat des deux pays, sous le vocable "Club de Chefs d'entreprise France - Maroc" réunissant la CGEM (Confédération générale des entreprises du Maroc) et le Medef international
Le colloque doit être ouvert par Miriem Bensalah-Chaqroun, présidente de la CGEM, tout juste réélue, et Pierre Gattaz, président du Medef. Intitulé "France - Maroc : nouvelles réalités, nouvelles coopérations, nouvelles frontières", cette journée va réunir un large aéropage de patrons et responsables économiques.

la France, premier partenaire économique du Maroc

Ce, sous la houlette de quatre co-présidents du Club de chefs d'entreprise France - Maroc, à savoir Mohamed El Kettani PDG d'Attijariwafa Bank, Saïda Lamrani-Karim, vice-PDG déléguée du Groupe Safari, Jean-Paul Herteman, ex-PDG de Safran, sans oublier -il vient d’accepter récemment ce titre- Xavier Beulin, président du groupe agro-alimentaire Avril.
Lors de la matinée le ministre marocain de l’Industrie Moulay Hafid El Alamy viendra notamment présenter son plan lancé le 2 avril 2014, à savoir « La nouvelle stratégie d'accélération industrielle à l'horizon 2020 », avec l'organisation des filières en écosystèmes ou clusters.

On attend aussi des interventions de dirigeants Nexans, Alstom, Accor ou bien sur Attijariwafa Bank.

Hamid Benbrahim El Andaloussi, président du Groupement des industries marocaines aéronautiques et spatiales (GIMAS) doit faire le point sur la filière aéronautique. Jacques Prost, DG de Renault Maroc détaillera lui l’expérience probante du constructeur au losange à Tanger depuis 2012.

Dans cette copieuse journée qui doit débuter à 8h30 pour finir presque 10h plus tard seront aussi abordés les sujets de financement, celui des ambitions de Casablanca comme place financière ou encore du tourisme. Sans oublier les sujets des RH et compétences avec une intervention de Jamal Belahrach, patron de Manpower Maghreb à l’initiative d’un rapport récent du patronat marocain sur un nouveau modèle social à base de "flexibilité responsable".

Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères très impliqué dans la diplomatie économique doit lui aussi être de la partie avec une intervention en matinée.

Une table ronde sera par ailleurs consacrée aux investissement d'entreprises marocaines en France. Et plusieurs interventions vouées à la stratégie économique du maroc vers l'Afrique alors qu'en ce moment même le roi Mohammed VI mène une tournée dans quatre pays du continent.

On le voit, ce colloque veut embrasser large même s’il fait l’impasse sur des sujets clés pour l’économie marocaine comme la compensation industrielle, l'urbanisme, le numérique ou la compétitivité globale du site Maroc qui reste questionnée par le lourd et récurrent déficit commercial du royaume.

Pour rappel, la France est le premier partenaire économique du Maroc. Elle y détient, de loin, le premier stock d’Investissement direct étranger, soit environ 40% du total. De très nombreuses grandes entreprises françaises y conduisent des activités industrielles : Airbus, Danone, Engie, Valeo, Edf, Avril, Vinci, Bouygues, Orange.. sans compter la présence de centaines de PME.

Pour finir Abdelilah Benkirane doit, en principe, clôturer par une intervention ce colloque économique XXL.

Pierre-Olivier Rouaud

Echanges : Paris dans le rouge au premier trimestre 2015
En matière d’échanges, si les exportations françaises sont désormais légèrement surpassées par celles de l’Espagne, le total du commerce entre nos deux pays n’est, pour le Maroc, dépassé par aucun autre partenaire.
Les quatre premiers postes d'exportations de la France vers le Maroc en 2014 étaient dans l'ordre les céréales, l'aéronautique, les véhicules terrestres et la pharmacie.  Ceux du Maroc, les véhicules terrestres (cf Renault Tanger), les légumes, la confection et les équipements automobile.
En 2014, les exportations françaises vers le royaume, hors matériel militaire, se sont élevées à 3,77 milliards d'euros en très léger repli. Celle du Maroc vers la France à 3,63 milliards d'euros, soit +9%.
La France dégageait donc l'an dernier donc un excédent d'environ 140 millions d'euros, mais sur les trois premiers mois de 2015, c'est le Maroc qui a enregistré un excédent commercial en raison de moindres achats de céréales notamment et de la croissance de ses expéditions de véhicules terrestres vers l'Hexagone.

 

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS