Le bénéfice semestriel de Roche en deçà du consensus

ZURICH (Reuters) - Le groupe pharmaceutique Roche Holdings a annoncé jeudi un résultat net semestriel en nette hausse, quoique un peu inférieur au consensus, et confirmé ses objectifs pour l'année 2010.

Partager

Le bénéfice net consolidé augmente de 37% à 5,6 milliards de francs suisses, un peu en deçà d'un consensus Reuters qui le donnait à 5,73 milliards.

Cette hausse est essentiellement imputable à "une nette diminution des dépenses exceptionnelles engagées au titre de la transaction Genentech au premier semestre 2010 par rapport à 2009", explique le laboratoire dans un communiqué.

Le chiffre d'affaires global ressort à 24,6 milliards, en hausse de 3% en franc suisse et de 5% en monnaie locale, à peu près conforme au consensus qui le donnait à 24,7 milliards.

Celui de la division Pharma affiche une progression de 4% en monnaie locale et de 1% en franc, à 19,4 milliards de francs (consensus: 19,55 milliards) et celui de la division Diagnostics progresse de 9% en monnaie locale et de 7% en franc, à 5,3 milliards de francs (consensus: 5,2 milliards).

Le CA tiré des ventes de l'Avastin ressort à 3,39 milliards de francs, un peu en deçà d'un consensus qui était de 3,43 milliards). Une commission consultative a recommandé mardi aux autorités sanitaires américaines de révoquer l'autorisation de l'Avastin pour le traitement du cancer du sein.

Le bénéfice par action ressort à 6,91 francs contre 6,32 francs un an auparavant, largement inférieur au consensus qui le donnait à 7,11 francs.

Le résultat d'exploitation hors exceptionnels progresse de 11% en monnaie locale et de 10% en franc, à 8,76 milliards, supérieur au consensus de 8,23 milliards. Cette hausse tient à la croissance des ventes, "mais aussi à des améliorations en termes de productivité", observe Roche.

Sur la base des résultats de ce premier semestre, Roche confirme ses prévisions pour l'année 2010, malgré "le contexte plus rude auquel doit faire face le marché" et en dépit de "la baisse des ventes de Tamiflu", attendues à un milliard de francs pour l'année en cours contre 3,2 milliards en 2009.

"Sauf événements exceptionnels, Roche s'attend à un taux de croissance des ventes se situant dans le milieu de la plage à un chiffre en monnaies locales pour le groupe et la division Pharma (sans les ventes de Tamiflu)", précise-t-il, ajoutant projet une croissance nettement supérieure à celle du marché pour la division Diagnostics.

"Roche vise également une croissance à deux chiffres du bénéfice par titre rapporté aux activités de base à taux de change constant".

Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Pascal Schmuck

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS